Jamais, moi vivant, on ne m’illustrera…

 

« Jamais, moi vivant, on me m’illustrera, parce que la plus belle description littéraire est dévorée par le plus piètre dessin. Du moment qu’un type est fixé par le crayon, il perd ce caractère de généralité, cette concordance avec mille objets connus qui font dire au lecteur : “J’ai vu cela” ou “Cela doit être”. Une femme dessinée ressemble à une femme, voilà tout. L’idée est dès lors fermée, complète, et toutes les phrases sont inutiles, tandis qu’une femme écrite fait rêver à mille femmes. Donc, ceci étant une question d’esthétique, je refuse formellement toute espèce d’illustration. » (Lettre à Ernest Duplan du 12 juin 1862)

Après la mort de Flaubert les représentations plastiques (tableaux, sculpture…) se multiplieront jusqu’aux films (de Pierre Marodon ou de Sergio Griego) et aux bandes dessinées de Philippe Druillet.

 

Les premières illustrations sont réalisées par Pierre Vidal en 1884 et le fascicule est commercialisée avec l’édition de 1879 parue chez Alphonse Lemerre.

 

 

La première édition illustrée date de 1887. Elle est publiée par la Maison Quantin, avec dix compositions d’Armand Poirson, gravées à  l’eau-forte par Mme Louveau-Rouveyre.


G-LISAA

Professeur à l'université Gustave Eiffel Responsable de l'équipe BIOHUMANITIES à la Fondation Maison des Sciences de l'Homme de Paris Membre de l'Institut universitaire de France Directrice de la revue Arts et Savoirs sur OpenEdition Responsable de la collection "Savoirs en texte", Lisaa Editeur, OpenEdition Responsable de la collection "Formes et Savoirs", Presses universitaires de Strasbourg Responsable de la série Gustave Flaubert (Minard/Classiques Garnier)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search