Sixième scénario général

N.a.fr. 23662, f° 182 

Flaubert renforce les liens entre l’épopée d’Hamilcar et l’histoire de sa fille, grâce à la scène de la reddition des comptes. Le Suffète a enfin des raisons personnelles d’en vouloir aux mercenaires et d’entrer en guerre (sa maison a été pillée, sa fille est soupçonnée de collusion avec l’ennemi). Alors que dans les scénarios précédents, l’histoire n’était qu’un décor et que la place de la religion demeurait limitée,  Flaubert a tout à coup l’idée de construire son roman sur un dualisme religieux et, dans la marge du haut, au moment d’une relecture, il note que la religion « roule sur deux idées » : le « sanguinaire » et le « voluptueux », incarnés par Baal et Astarté dans le scénario, par Moloch et Tanit dans le roman. Cette logique binaire structurera tout le roman, à la fois les événements militaires et la relation entre le chef barbare et la jeune fille, respectivement identifiés aux deux divinités qui s’opposent et s’attirent. La « baisade » sous la tente devient une hiérogamie.



Citer ce billet
G-LISAA (2022, 10 octobre). Sixième scénario général. Salammbô de Flaubert. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tvav

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search