Robert de Montesquiou et Salammbô

Montesquiou, illustration pour Salammbô (chapitre I). Aquarelle monogrammée en bas à gauche, titrée au verso, 24 x 19 cm. Exposition Robert de Montesquiou à la galerie Georges Petit, Février 1923, n°86

Admirateur de Flaubert, Montesquiou a publié un recueil de poèmes sous ce titre: Le Chef des odeurs suaves (1893). Ce personnage apparaît dans Salammbô, lorsque le Suffète Hamilcar inspecte ses réserves souterraines:

“Le Chef-des-odeurs-suaves, pâle et long comme un flambeau de cire, s’avança vers Hamilcar pour écraser dans ses mains un rouleau de métopion, tandis que deux autres lui frottaient les talons avec des feuilles de baccaris. Il les repoussa ; c’étaient des Cyrénéens de mœurs infâmes, mais que l’on considérait à cause de leurs secrets.

Afin de montrer sa vigilance, le Chef-des-odeurs offrit au Suffète, sur une cuiller d’électrum, un peu de malobathre à goûter ; puis, avec une alène il perça trois besoars indiens. Le maître, qui savait les artifices, prit une corne pleine de baume, et, l’ayant approchée des charbons, il la pencha sur sa robe ; une tache brune y parut, c’était une fraude. Alors, il considéra le Chef-des-odeurs fixement, et sans rien dire lui jeta la corne de gazelle en plein visage.” (Salammbô, chap. VII).

Dans son recueil, Montesquiou place un poème intitulé “Hamilcar”

Des Mercenaires tout lui redit les dégâts :
On lui fait tort de trois capsules de psagas ;
Il voudrait se venger, tordre, broyer ou battre !
L’électrum est intact et, pur, le malobathre ;
Les bésoars sont pleins ; mais le baume est fraudé.
Une peau de lama, dans l’odeur corrodée,
Traîne entre des parfums, fioles, cassolettes,
Myrobalon, safran, bdellium, violettes,
Poudre, racine et gomme, à cuve comble, au ras
Des jarres de senteurs débordantes de choses,
Brins de filipendule et pétales de roses,
Que tempère l’ardeur d’un trépied de styrax.
Le rouleau de métopion, les gestes graves
Avec lesquels le Chef de ses odeurs suaves
Le lui tend, rien ne plaît au Suffète surpris,
Qu’en vain l’esclave baigne avec le baccaris.

 

Voir l’article de Jacques Neefs, “Échos de l’étrange : quelques curiosités en mémoire de Salammbô”, Salammbô dans les arts, série Gustave Flaubert, n° 8, Paris, Minard/Classiques Garnier, 2017, p. 237-245.



Citer ce billet
G-LISAA (2021, 9 décembre). Robert de Montesquiou et Salammbô. Salammbô de Flaubert. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tvaa

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search