Présentation

Flaubert évoque pour la première fois son roman carthaginois, avant d’avoir choisi son titre, dans une lettre à Michelet du 1er mars 1857. La rédaction ne débutera qu’au mois de septembre, comme l’indique le manuscrit autographe conservé la BnF sous la cote N.a.fr. 23656.

Avant cela, Flaubert se documente soigneusement et il écrit plusieurs plans généraux et des scénarios pour mettre au point l’intrigue et organiser l’œuvre, qui se divise d’abord en trois parties avant d’être composée en chapitres. Les scénarios généraux sont conservés dans le manuscrit N.a.fr. 23662 de la Bibliothèque nationale de France à l’exception de quelques folios recueillis dans les manuscrits g 322 A et g 322 B de la Bibliothèque municipale de Rouen.

Les transcriptions des premiers plans et scénarios montrent les hésitations de Flaubert sur les péripéties et la place à donner à Hamilcar. L’histoire politique de Carthage et la religion prennent de plus en plus d’importance au cours du travail. Le roman d’amour devient une épopée qui engage l’avenir de la cité. La religion permet à Flaubert de pallier les difficultés de la psychologie qui lui était peu connue. Ce sont Tanit et Moloch qui influent sur le comportement des personnages et les inquiétudes religieuses créent l’illusion d’une intériorité.

Principes de transcription

Nous avons choisi de rester au plus près des manuscrits originaux de Flaubert, et avons donc opté pour une transcription diplomatique (sauf exceptions signalées).

Les scénarios montrant les hésitations de Flaubert, qui essaie plusieurs noms ou plusieurs orthographes pour désigner ses personnages. L’héroïne s’appelle d’abord Pyra ou d’Hanna, puis « Sallambô », orthographié aussi « Sallammbô » ou encore « Salambô ». Le voile magique de Tanit est d’abord nommé « péplos » avant d’être désigné par un terme inventé par Flaubert : le zaïmph. Les noms sont parfois abrégés. Ainsi, Mâtho est-il désigné comme « M. », Spendius comme « Sp. » et Salammbô comme « Sal. » ou « Sall. ». La ville de Carthage, dans laquelle se passe le roman, est souvent écrite « Carth. ». Nous avons conservé ces abréviations. Comme Flaubert, nous adoptons le signe alpha (α) pour abréger la coordination « et ». Nous avons conservé les signes qui indiquent des ajouts (Ψ, etc.)

Nous reproduisons les ratures et nous avons conservé la mise en page des manuscrits en respectant la place des ajouts à l’interligne ou dans les marges. Par contre nous avons développé les abréviations récurrentes (« grd » pour « grand » par exemple) pour faciliter la lecture.  Sur certains folios, des chiffres ou calculs apparaissent en marge ou en interligne. Nous avons décidé de ne pas les reproduire.

Louis Bouilhet, ami proche de Flaubert, intervient parfois sur les manuscrits. Pour différencier son écriture de celle de Flaubert, nous employons dans ce cas l’italique.

Les scénarios transcrits seront publiés en juillet 2022.


G-LISAA

Professeur à l'université Gustave Eiffel Responsable de l'équipe BIOHUMANITIES à la Fondation Maison des Sciences de l'Homme de Paris Membre de l'Institut universitaire de France Directrice de la revue Arts et Savoirs sur OpenEdition Responsable de la collection "Savoirs en texte", Lisaa Editeur, OpenEdition Responsable de la collection "Formes et Savoirs", Presses universitaires de Strasbourg Responsable de la série Gustave Flaubert (Minard/Classiques Garnier)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.