Premier scénario


Suzanne-Raphaële Lagneau, Salammbô, édition de 1828, chap. V, Paris, Cyral

N.a.fr. 23662, f° 181 r° – biffé

Les Mercenaires

État politique (deux partis distincts) et résumé de Carthage au retour des mercenaires. Ce qu’ils étaient – effet vertigineux de Carthage sur eux.

Comment ils s’y conduisent. Ils sont logés autour de la ville – et dans les jardins, dans les arrière-cours des riches.

Mathos et Spendius – leurs caractères différents, logés chez un riche sénateur, absent.

Amour de Mathos et de Pyra[1], grâce de la force, terreur de la grâce. Ils ne peuvent par l’effet de l’inégalité sociale, et de la vie de harem, se baiser.

Cependant tout se démoralise dans Carthage, à mesure que la discipline de la maison du sénateur se relâche.

Orgie chez Pyra. – Elle seule de femme noble au milieu de tous ces soldats buvant.

Envie du péplos.

Mathos le vole pour Pyra avec l’aide de Spendius, à qui il fait accroire que c’est pour eux tous, qui n’étant pas de religion phénicienne n’a nul scrupule.

Une nuit, sur la terrasse au clair de lune, Mathos apporte le péplos, en couvre Pyra. – Elle, enivrée du feu mystico-hystérique d’Astarté, état super olympien. Cependant, il y a du bruit dans Carthage, des flambeaux, grand remuement. Les mercenaires crient et courent dans les jardins. Mathos et Pyra n’y prennent garde. Ils continuent. – Enivrement de Mathos, projets de domination pour elle, il veut la faire reine de Carthage etc. et ils vont se baiser quand tout à coup un signal (?) la tête de Spendius apparaissant au bord de la terrasse) force Mathos de décamper.

Les Carthaginois avaient pris leurs mesures et les mercenaires sont forcés de partir par un stratagème quelconque de Gescon (dont on aura parlé, qui leur aura fait des représentations). – Aussi de là, plus tard, la haine personnelle de Mathos contre Gescon.

Pyra restée seule avec le péplos. – Angoisse. – Terreur mystique de la profanation. – Le soleil se lève. Elle voit les mercenaires partir. Les prostituées au pied des remparts décampent en emportant leurs tentes.

Retour du père de Pyrra. – Il adore d’abord ses petites divinités noires dans son lararium. Reddition de comptes.

Une séance de nuit dans le Sénat. Mesures à prendre. Disputes. Il est du parti de la paix, contre les mercenaires, contre Hamilcar violent, contre Giscon[2] tiède. Débats, on finit par lui rire au nez en lui faisant des allusions à ce qui s’est passé chez lui.

Férocités chez lui, questions, ergastules.

Pendant ce temps-là (pendant la nuit de la séance du Sénat) rentrée, le soir, des putains éclopées. Le camp des mercenaires. – Ils sont peu nombreux, inquiets. – Mélancolie. Quelle différence d’avec la veille ! Mathos pense à Pyra. Ils chassent les femmes du camp par regret des bourgeoises de Carthage. Indignation de s’être laissé jouer et chasser. – Révolte de toutes les villes de la Libye. Exigences des mercenaires qui se rapprochent. Couchés sur le ventre, ils calculent – de temps à autre, députations de Carthage, bassesses des bourgeois – mais les mercenaires se rapprochent, on leur donne tout ce qu’ils demandent, si ce n’est de rentrer à Carthage et c’est là ce qu’ils voudraient, Mathos surtout qui désire de plus en plus, il n’y tient plus ! Il se confie à Spendius qui accepte et entrevoit par là le moyen de voler le péplos. – Son voyage à Carthage (ruse), lâcheté de Pyra, elle ne veut pas le suivre – et le péplos n’y est plus ! < addition marginale : Restent : Les rapports du père et de fille. Que devient le péplos ?  Rétabli dans le temple. Gescon peut être mêlé à cette restitution pour que Spendius l’exècre. >

Fureur de Mathos et de Spendius < addition marginale : Caractères. Gescon, modéré, sage. Hamilcar, grand homme. Le père bourgeois, furieux, sanguinolent. Mathos, le vrai homme.

Spendius, pâle, avide et féroce. >

Gescon[3] – supplice. – La foule déborde les héros qui la conduisent – elle est ivre de sang versé.

Terreur à Carthage. Sacrifice à Moloch. Siège de Carthage ?

Hamilcar. X < addition marginale : X Resté inactif jusque-là. Prend le commandement parce qu’une pierre lancée d’une machine est tombée dans son palais. – C’est une insulte personnelle. > Les mercenaires se mangent.

Massacre d’Hamilcar avec ses cavaliers numides – ce qui reste dévoré par les lions.

Spendius mis en croix.

Mathos dans les rues. – Repas patricien – geste de Pyra.

[1] Le mot « pyra » désignait le bûcher funéraire, selon Félix Lajard (Recherches sur le culte du cyprès pyramidal chez les peuples civilisés de l’antiquité, 1854, Imprimerie Impériale, p. 306). Dans Les religions de l’antiquité, Pyrrha est la fille de Pandore et l’épouse de Deucalion avec qui elle refonda l’humanité après le déluge (Les religions de l’antiquité, II, 1, p. 66).  

[2] Au début du scénario, Flaubert a utilisé l’orthographe « Gescon » comme Polybe et Michelet.

[3] Flaubert hésite entre deux orthographes et corrige « Giscon » en « Gescon ». 


G-LISAA

Professeur à l'université Gustave Eiffel Responsable de l'équipe BIOHUMANITIES à la Fondation Maison des Sciences de l'Homme de Paris Membre de l'Institut universitaire de France Directrice de la revue Arts et Savoirs sur OpenEdition Responsable de la collection "Savoirs en texte", Lisaa Editeur, OpenEdition Responsable de la collection "Formes et Savoirs", Presses universitaires de Strasbourg Responsable de la série Gustave Flaubert (Minard/Classiques Garnier)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search