Détails pittoresques et étymologies

 

 

Phénicie? 5e siècle après J.-C., Musée du Louvre

 

f° 167

Noms

Narr’havas : de Nar-el-Haoua, serait mieux écrit avec un seul r.
Haoua : souffle – Nar : feu.

La Rabbetna est une faute. Na voulant dire notre, et il faut l’écrire par deux B comme Rabbin.

–––

Masden, Histoire d’Espagne [2], cite d’après les inscriptions locales le nom de 13 divinités antérieures à l’époque romaine. On trouve dans cette liste Salambou.

Hannibal. Le portrait d’Hannibal enfant (p. 365 et 389) est un souvenir de ces deux vers de Silius Italicus :
Ora parentis
Agnosco torvaque oculos sub fronte minaces,
Vagitumque gravem atque irarum elementa mearum. [3]
Mais dans Silius Italicus c’est Hannibal qui contemple son fils et parle à son épouse avant de franchir les Pyrénées.

Hamilcar, p. 384. Les envoyés du grand Conseil qui viennent lui demander son fils est un souvenir d’un autre passage du même auteur. Après la Trébie les députés de Carthage viennent demander à Hannibal qu’il leur livre son fils désigné par le sort comme victime. Tous les ans il en fallait une. Hannibal refuse.


f° 168


Les similitudes entre l’Égypte et Carthage
m’ont été indiquées par plusieurs inscriptions de Gesenius où Isis et Osiris sont formellement mentionnés.

Dans les papiers de Mr. de Monbret (Bibliothèque de Rouen), j’ai trouvé le dessin d’un sarcophage à l’égyptienne découvert en Sardaigne. Il était, dit la note qui accompagne le dessin, en argile rouge et le dessin le représente couvert de caractères puniques. – C’est là ce qui m’a fait écrire, p. 24 « Les fourneaux pour cuire les cercueils d’argile commençaient à fumer. »


f° 168 v°

Petit exemple de férocité.
Les Locriens pilèrent dans un mortier les filles et la femme de Denys après les avoir fait mourir en leur enfonçant des aiguilles sous les ongles. Puis ils les mangèrent en les passant sous la meule afin que le pain de ceux qui y moudraient leur blé en fût imprégné et ils jetèrent les restes à la mer (Athénée, XII).

Ptolémée, roi d’Égypte, fit crucifier Cléomènes après l’avoir fait écorcher vif (id.).
––––
Sur les instruments de musique, voir note de Cahen aux Psaumes et Saulcy.


f° 169

Cappadoce.
Strabon et Diodore de Sicile.
Table d’Athénée, éd. Schw[eichaeuser ][4].
Jade Chine est une néphrite d’un vert brun.
Jaspe variété de quartz, mais s’en distingue par son opacité complète et ses belles couleurs. Jaspe noir rubané, rouge, et le blanc en Sicile, en Saxe.


f° 170 v°

Lydiens.
Heeren, liv. 1er description des armées de Xerxès.
Athénée, chap. des Étrusques et de leur [1 mot ill.] qui port. des costumes de femmes.
B. Lydiens tout en costumes de femmes.


f° 172 [5]

Pourquoi titre pompeux et mine arrogante.

Chaînette hatzadoth
Voir Cantique des Cantiques, Cahen, t. 16, p. 37.

Mandragore
Hippocrate, des dieux dans l’homme, trad. Littré, p. 329.

Narr’Havas de Nar el ouah – souffle du feu.
Pourquoi deux mm  [6].

Scissites,
Mais [7] dès le 1er chap. la 1re fois qu’il en est question.

Nous ne savons rien sur les principaux quartiers de la ville. Milles excuses, Byrsa, Malquâ,
Mégara, les portes dans Dureau de la Malle, entr’autres celle de Théveste et d’Utique.

Tanit virgo caelestis pluviarum pollicitatrix [8] 
         Tertulien.

Le temple d’Eschmoûn, Esculape, couronne le sommet de l’acropole de Byrsa. Le temple de Celestis ou de Tanit.


f° 172 v°

de Byrsa  à droite, le spectateur ayant le dos tourné à la mer, j’ai donc mis le temple de Tanit à sa place.

Le manteau de Tanit, Athénée, XII, 58.
acheté à Denys l’Ancien 120 talens, porté à Rome par Scipion Émilien, reporté à Carthage par
Caïus Gracchus, revint à Rome sous Héliogabale puis fut rendu à Carthage.

Murs enduits de bitume, Pline, XXXVI, c. 22 [9].

Faubourg Aclas où Bélisaire habitait quand il reçut la soumission de Gélimer.
Le lieu appelé Fuscianus où Montanus reçut le martyr, Ancô Procope, Vandales, liv. 1er.

Sur la plage de Carthage sable aurifère. Le grenat commun puisqu’on l’appelait pierre carthaginoise.

Hic mathou (Gesenius)

Égypte, l’inscription de Carpentras « Ô integra coram osiride et benedicta esto ab osiride [10]. »


f° 173

Mappales, Gesenius.
Abdalonimus esclave des dieux (Gesenius)
Kynisdode chin-isd-Bal = donum potentiae Baalis. [11]
Cynasyn nom d’homme [12].
Gisco = robustus.
Iddibal.
Masgaba   cui providet Baal.
Soepo
Pour im comme terminaison du pluriel, je trouve dans Cahen, 7, Samuel, le mot Sbatim, épée large.

–––

Toison d’or de la langue phénicienne, Bourgade.
Schalischim
Istatten
Magdassan
Salheb
Subeldia

Ewa Yeoubas, Falbe [13] .

– Boire du fer.
Manger de l’ivoire.

Schabharim
Lévitique, Cahen
Schabharimeavec les cornes de béliers [14] on exécutait dans les synagogues 3 fanfares : tequia, teroua, Schabarim.


f° 173 v°

Les guerriers n’ont pas de corne d’argent, ce sont les chevaux.

Sous les catacombes (Dictionnaire. de l’Académie) La Ferté-sous-Jouare  – miroitait.

Statue de Moloch.

x « la Phénicie prit à l’Égypte le modèle de ses temples, la pompe du culte, le costume des prêtres et quelques-uns de ses symboles religieux qui se trouvent dans le temple de Jérusalem », Creuzer, liv. IV, éclaircit les rapports de l’Égypte à Carthage….

Tanit, voir M, 3, 217 [15].
Mylitta Athara ou plutôt tiragata tirgata a le sens de Cteïs ou Yoni. C’était là probablement le symbole de cette déesse – Mommsen [16].

– Statue de Moloch. Voyez Selden, De diis Syriis, 164-171. D’après la paraphrase caldaïque de Paul Fage au mot Moloch.

f° 174

Singe
Aptouknos
Croix

« Tu qui zonam non habes incedunt cum annulatis aurebus », Plaute [17].

Prêtres de Saturne en manteau rouge. Tertullien, De pallio [18].

Lions familiers d’Adonis, Élien, livre XII, Des animaux
Melius esse de Carthagine silere quam pauca dicere. (Salluste [19])

Tiratha : pudendum muliebre, selon Movers.

––––––––

Description de Carthage murs, Appien, viii, chap xcv, 1.

Silphium deriah ou zerrah des Arabes nomades.

Aptoukhos : « à l’Ouest de Cyrène sur la côte voisine se trouvait un petit temple à Aptoukhos, sans doute un dieu libyen sur lequel on ne sait rien mais qui semble pourtant avoir donné son nom à une bourgade obscure de l’Afrique au-delà des Syrtes », d’Avezac, Univers pittoresque.

 

f° 174 v°

Dents de dauphin en amulette empêche les terreurs soudaines, Pline, 32.

Bitume pour les maisons, Pline, liv. 26.
Émeraudes « il y avait dans leur temple de Jupiter un obélisque composé de 4 émeraudes qui avait 40 cm de hauteur 4 de large en quelques endroits et 2 dans d’autres », Théophraste, Pierreries, trad. de Hill.

« Pierre de lynx faite par l’urine des lynx est l’hyacinthe des modernes », Théophraste, Pierreries.


f° 175

La part que le Musée Campana  [20] 
Mais vous dites vous-même 6 ans d’où savez-vous que j’ai été 6 ans ?

Les Carthaginois se trouvaient dans le plus complet dénuement. Non car [2 mots illis.] mais je l’ai dit deux fois.

L’impuissance où se trouvaient – non, mais la mauvaise volonté.

Hannon commandant les armées longtemps après.

––––––––

Sacrifices humains, il n’est pas impossible, il est même très possible.

Pierres précieuses, pas une toutes dans Pline, Théophraste ou Athénée

Je vous défie.


f° 175 v°

Tribus nomades mangent les singes.
Mangent des poux. Hérodote. Melpom.
Gysantes peints de vermillon, qui mangent des singes (id.).

Lydiens en robe (de femmes) comme [1 mot illis.] qui ont des robes. Les recherches de Mr. Oppert ont rendu probable l’origine sémitique d’une partie de la population lydienne et le caractère] également sémitique de plusieurs divinités qu’elle adorait. Maury, Religion de la Grèce, t. 3, p. 7.

Cabires écrit aussi par Maury.

Singes – Égypte

D’Avezac Lybie – les religions égyptiennes

[2 mots illis.] [21]


f° 176 

 Σαλαμβω η’άφροδίτη [22] etc.
Hésychius.
Voyez dans Selden, De diis Syris, l’indication exacte, entre les pages 283 et 292.

Pour les maisons de Carthage enduites de Bitume, Pline, liv. 36, chapitre 22.

Manteau de Tanit, Athénée, XII, 58.

Temples de Cérès et de Prosperine à Carthage, Diodore, XIV, 77.

Pour les Coupoles exprimant l’idée du firmament, D. Calmet, Liv[re] des Rois, p. 631.

Pour le passage de Salluste, Origine assyrienne, voyez Mémoires de l’Académie des Inscriptions, t. XII. « Observations sur un passage de Salluste » (Saint Martin).


f° 177

Schalischim
Schalischim = le 30e
Cabires Kob’r = tombeau
Kabyr grand [23].

Rosch esch-schalischim

Trigenta et trigesinus, p. 336, Dictionnaire de Er. Fred. Léopold [24] et [1 mot illis.], p. 32.

J’aurais dû ras-he-sch.
Le chef des milites nobiliores.

im toujours le signe du pluriel
et Ibrahim ?
Feneni = intérieur Fr. Léopold, p. 262.

 

Notes

[2] Juan Francisco de Masdeu, Historia critica de Espagna y de cultura espagnola, Madrid, Antonio de Sancha, 1783-1805, 20 vol.
[4] Probablement l’édition de Johannes Schweighaeuser en 14 volumes, 1807.
[5] Le f° 171 n’a pas été transcrit car il s’agit d’une esquisse de scénario, rédigée sur un papier différent.
[6] Flaubert veut expliquer les deux « m » du nom Salammbô.
[7] Flaubert répond à une objection de Froehner.
[9] Plutôt XXXV, 51.
[11] Flaubert a écrit : Chinisdo.
[12] Froehner avait accusé Flaubert d’avoir inventé les mots « Chinisdo » et « Cynasyn », alors qu’il les avait empruntés à Genesius (Scripturae).
[13] Inscription trouvée par C.-T. Falbe à Malqa (quartier de Carthage) : « le personnage dont il est question dans notre pierre tumulaire, Jobas est surnommé adorateur d’Hewa. Cette Ewa n’est pas à coup sûr autre que Ève… que la Genèse (3; 20) caractérise « Mère de tout être vivant » et qu’elle représente ici la grande déesse Astaroth » (Recherches sur l’emplacement de Carthage, p. 105).
[14] Shofar ou chofar, corne de bélier utilisée dans les synagogues.
[15] La référence « voir M, 3, 217 » est au crayon, postérieure à la rédaction du folio. Il s’agit probablement d’une référence à Karl Movers, Die Phonizier (Bonn : E. Weber ; Berlin : F. Dümmler, 1841-1856, 4 vol.).
[16] Erreur de Flaubert, « Cteïs » et « Yoni » sont des emprunts à Movers (I, p. 593).
[17] Théâtre de Plaute, trad. par J. Naudet, Panckouke, vol. 7. p. 342. (Voir Bibliographie).
[18] De Pallio [Le Manteau], II, 7.
[19] Guerre de Jugurtha (« Nam de Carthagine silere melius puto quam parum dicere » (xix, 2).
[20] Collection Campana, exposée dans le Musée Napoléon iii (palais de l’Industrie) de mai à octobre 1862, au grand mécontentement du Louvre.
[21] Paragraphe rédigé au crayon et tête-bêche.
[22]  Voir le f° 167 sur l’origine du nom de Salammbô.
[23] Froehner lui reproche l’orthographe archaïsant de ce terme dont l’étymologie est grecque, mais qui a été francisé par les historiens des religions du xixe siècle (Cabires).
[24] Ernst Friedrich Leopold, Lexicon hebraicum et chaldaicum…, Lipsiae, 1832.

 



Citer ce billet
G - LISAA (2023, 1 février). Détails pittoresques et étymologies. Salammbô de Flaubert. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tvb7

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search