Les « Clinabares » puniques : une erreur de Flaubert ?

Pierre Noël, Salammbô, chap. VIII, Paris, Mornay, 1931

Dans son dossier « Sources et Méthode », où il prépare ses réponses à l’archéologue Guillaume Frœhner et à Sainte-Beuve, et où il dresse l’ensemble de ses sources pour Salammbô, Flaubert note : « “Clinabares assyriens“. Ammien Marcellin Liv. XVI. ch. X.[1] »  Or la référence – et malgré son exactitude apparente – n’en demeure pas moins problématique. En effet, le texte d’Ammien Marcellin mentionne plutôt les Clibanares qui accompagnent l’entrée triomphale de l’empereur Constance à Rome :

Des deux côtés du char paraissait une file de soldats, le bouclier au bras, le casque en tête, la cuirasse sur la poitrine; armes étincelantes, dont les reflets éblouissaient les yeux. Venaient ensuite des détachements de cataphractes ou « clibanares », comme les appellent les Perses ; cavaliers armés de pied en cap, que l’on eût pris pour autant de bronzes équestres sortis de l’atelier de Praxitèle. Les parties de l’armure de ces guerriers correspondant à chaque jointure, à chaque articulation du tronc ou des membres, étaient composées d’un tissu de mailles d’acier si déliées et si flexibles, que toute l’enveloppe de métal adhérait exactement au corps sans gêner aucun de ses mouvements [2].

La référence à l’Assyrie est complètement absente dans le texte d’Ammien qui parle plutôt d’un mot persan adopté par les Romains : « clibanarii ». Le passage décrit minutieusement l’armure des guerriers de cette cavalerie lourde. Un passage de L’Univers, ouvrage de Hœfer consulté par Flaubert, reprend le texte d’Ammien Marcellin:

Ces guerriers cuirassés, couverts d’une espèce de cotte de mailles, les uns à pieds, les autres montés sur des chevaux bardés et caparaçonnés, ne rappellent-ils pas Ces fameux cataphracti ou clibanarii, qui plus d’une fois avaient fait trembler les Grecs et les Romain? Ammien Marcellin, qui les avaient vus de près […], en avait fait le portrait […] [3].

Un autre passage dans Histoires (ou Enquête) d’Hérodote évoque cette cavalerie sans en mentionner le nom [4]. Dans l’ensemble des textes anciens et modernes [5], il n’est nullement question de Clinabares mais plutôt de Clibanares. Flaubert aurait donc mal copié le mot. La note du dossier « Sources et méthode [6] » permet de le confirmer. L’auteur de Salammbô y reprend le même terme « Clinabares » sans penser à le rectifier. Il est donc très probable que Flaubert en copiant le mot « Clibanares » en ait inversé les deux dernières syllabes.

Le texte final comporte douze occurrences du mot « Clinabares » dont la signification, grâce au procédé de contextualisation [7], devient de plus en plus clair. Flaubert y ajoute des éléments qui permettent de mieux saisir les caractéristiques de cette division de la cavalerie punique. Au chapitre VIII où il est question de l’armée de Carthage et de sa cavalerie, il mentionne pour la première fois les Clinabares : « La grosse cavalerie se composait des dix-neuf cents gardes qui restaient de la Légion, couverts par des lames de bronze vermeil, comme les Clinabares assyriens ». Flaubert compare les cavaliers protégés par une armure de fer à des Clinabares assyriens. Rien ne présuppose donc que les Clinabares fasse partie de la cavalerie punique. Mais, curieusement, une phrase plus loin et toujours dans le même paragraphe, le mot Clinabares réapparait cette fois, dépourvu de l’adjectif « assyriens », pour qualifier une division de la cavalerie punique à part entière et qui en porte le nom : « Enfin douze cents Nègres du quartier des caravanes, mêlés aux Clinabares, devaient courir auprès des étalons, en s’appuyant d’une main sur la crinière. » De « Clinabares assyriens » nous passons aux « Clinabares » carthaginois. Le comparant est intégré au registre militaire punique.

Walid Ezzine
Université de Tunis

Notes
[1] Ce dossier se trouve dans les manuscrits de Salammbô conservés à la Bibliothèque nationale de France sous la cote N.a.f. 23662, folio 156.
[2] Ammien Marcellin, Histoire de Rome, Livre XVI, traduction sous la direction de M. Nisard, Paris Firmin Didot, 1860, p. 57.
[3] Ferdinand Hœfer, L’Univers. Description de tous les peuples. Chaldée, Assyrie, Médie, Babylonie, Mésopotamie, Phénicie, Palmyrène, Paris, Firmin-Didot, 1852, p. 317.
[4] « Les Assyriens; ils portaient sur leurs têtes des casques d’airain, contournés d’une manière assez barbare, et dont il n’est pas facile de donner une idée; Ils étaient armés de lances et de poignards à-peu-près de la même forme que ceux dont les Égyptiens font usage. Ils avaient, en outre, des massues de bois garnies de têtes de clous en fer, et des cuirasses de lin. Ce sont les barbares qui donnent à ce peuple le nom d’Assyriens, les Grecs ne les connaissent que sous celui de Syriens » (Histoire d’Hérodote, A.F. Miot, 1858, VIII, p. 63).
[5] Marius Mielczarek, “Cataphracti” and “clibanarii”. Studies on the heavy armoured cavalry of the ancient world, Studies on the history of ancient and medieval art of Warfare, I, Lodz 1993.
[6] Déjà cité.
[7] Yvan Leclerc, « Bouvard et Pécuchet sur leur terre: comment rater sans savoir pourquoi », in Revue Flaubertn°18, 2019.


G-LISAA

Professeur à l'université Gustave Eiffel Responsable de l'équipe BIOHUMANITIES à la Fondation Maison des Sciences de l'Homme de Paris Membre de l'Institut universitaire de France Directrice de la revue Arts et Savoirs sur OpenEdition Responsable de la collection "Savoirs en texte", Lisaa Editeur, OpenEdition Responsable de la collection "Formes et Savoirs", Presses universitaires de Strasbourg Responsable de la série Gustave Flaubert (Minard/Classiques Garnier)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.