Art militaire, funérailles et astronomie

 

 

Flacon, Grasse, Musée du parfum

 

f° 155

Art militaire

Les historiens militaires étant d’une époque très moderne par rapport à l’époque des guerres puniques, j’ai dû simplifier.
J’ai fait d’Hamilcar un disciple de Pyrrhus qui l’était lui-même d’Alexandre.
Depuis Xanthippe les Carthaginois avaient adopté la tactique grecque. Le grand traité de Juste Lipse, De Militia romanorum, m’a servi pour l’ensemble des textes, Xénophon pour la cavalerie.
L’excellent ouvrage d’Armandi très utile pour les éléphants.
Pour la bataille du Macar A, j’ai plutôt écouté Guischard (t. 1er) que le Chavalier Folart.  – Je me suis tiré comme j’ai pu des incompréhensibles machines de guerre en prenant une opinion moyenne. Les sièges de Sagonte, de Syracuse et de Jérusalem ont été des modèles de mon siège.
Les panoplies des mercenaires sont exactes et prises çà et là.
J’ai consulté de plus Aeneas à la suite de Polybe de Casaubon, Paris, 1609, in fol.
Traité de l’attaque et de la défense des places des Anciens, Folard.
Commentaires de Folard sur Polybe t. 2  [1].
Maseroy, Académie des Inscriptions, t. xli.
Lebeau, 23e, 24e et 25 mémoires sur la légion romaine, Académie des Inscriptions, t. xli.
De la Cavalerie et de l’équitation (traduction de P. L. Courier)
Juste Lipse, De militia Romanorum
Onosander, Végèce.
L’empereur Léon (le détail des étuis s’y trouvent) [2]
Pour les machines : Vitruve x, chap. x.
Polyen et Frontin, Ruses de guerre.


f° 155 v°

Pour les chariots et les éléphants

Élien et Stewechius
Notes sur Végèce.

Pour les éléphants

Delegorgue
Livingstone. C’est là que j’ai vu que « l’éléphant ne galope jamais. »

– « Tu fais comme le rhinocéros qui piétine dans sa fiente » (Delegorgue, 176)

Serpent dans les vases que l’on jette sur l’ennemi (dans le siège), p. 370.

Hannibal en fit jeter de tels contre le roi Eumènes, Justin, 32, chap. 4.


f° 156

L’hélépole de Spendius est celle de Démétrius Policrètes décrite par Diodore, liv. xx, chap. cxi. Je crois l’avoir expliquée.

« Clinabares assyriens », Ammien Marcellin, liv. xvi, chap. x.
Beaucoup de détails sont pris dans les auteurs. Ainsi le cadavre debout porté par les épaules de ses compagnons est dans Ammien Marcellin, VIII [3].

La putréfaction des cadavres différente d’après leur nationalité, p. 322, est d’Ammien Marcellin (xix).

La couronne sur les cornes symboles d’intentions pacifiques (id. liv. xxiv)

L’effet terrible des éléphants qui s’avancent (id. VIII)

Huile sur les boucliers (Samuel, II, I, 21)

Funérailles

Hérodote
Claude Guichard
Un passage de Silius Italicus liv. III [4], où [Appius] énumère à Scipion les funérailles des différents peuples.

Astronomie

De anno civili veterum Judaeorum (Selden)
Un long mémoire sur la mesure de la terre par les Chaldéens (Comptes rendus de l’Académie des Sciences, 1846)
Humboldt, Cosmos, t. 2.
Phénicie, Hoefer
Chiarini, Fragments d’astronomie chaldéenne découvert dans Ézéchiel.

 

f° 156 v° [ajouts au f° 156]

B. La manœuvre d’Hamilcar était celle d’Alexandre à Arbelle et de Philopomen à Mantinée
La 1ère manœuvre de Mâtho, p. 514 est celle de César attaqué par Labienus (analyse de la campagne de Jules César en Afrique par Guischardt (t. 2).

Mutilations de cadavres
« Les grecs sans qu’on l’eût ordonné mutilèrent les cadavres de ceux qu’ils avaient tués pour que leur vue inspirât plus de terreur aux ennemis », Xénophon (Anabase).

Voyez dans Heindreich, p. 119, que les Carthaginois avaient coutume de mutiler les cadavres.

– La mandragore mêlée au vin, p. 335, pour endormir l’ennemi et le surprendre est une ruse d’Himilcon faisant la guerre aux Libyens.

 

Notes

[1] De Folard, « Traité de l’attaque et de la défense des places des Anciens », Histoire de Polybe, trad. Dom Vincent Thuillier, Paris, Gandouin, 1727, t. 2, pp. 159-471.
[2] Institutions militaires de l’empereur Léon le philosophe, traduites en français par M. Joly de Maizeroy, Paris, Jombert, 1770-1771. 2e édition 1778, 2 vol. (voir Bibliographie).
[3] XVIII, 8. Flaubert a confondu livre et chapitre. Ammien Marcellin,…avec la traduction en français, édition Nisard, Paris, 1851.
[4] Silius Italicus, Guerres puniques, Livre XIII.



Citer ce billet
G - LISAA (2023, 1 février). Art militaire, funérailles et astronomie. Salammbô de Flaubert. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tvba

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search