Détails ethnographiques et coutumes

Pendentif punique, pâte de verre, université de Bologne

 

f° 149

Les détails ethnographiques, mœurs, etc. sont pris partout depuis Hérodote jusqu’aux voyageurs modernes. Strabon m’a été fort utile.

Ce trait p. 344 « Les nomades qui n’avaient jamais vu des villes étaient effrayés par l’ombre des murailles, p. 345, m’a été fourni par l’anecdote des Bédouins arrivant à Beyrouth du temps de Daoud-Pacha et qui avaient peur des minarets (Volney, Voyage en Syrie). Pour les gens d’Afrique, voyez Procope (Guerre des Vandales)

La coiffure de Narr’Havas est prise sur une médaille de Mauritanie, portrait du roi Juba.

Le costume entier de Salammbô, p. 189, est la description exacte d’une plaquette en or trouvée par Mr. Salzmann dans la nécropole phénicienne de Ramiros. Pour sa chevelure élevée sur le sommet crâne, c’est qu’un passage de Tertullien[1] affirme que c’était un signe de noblesse. Son lit superbe vient d’un passage des Proverbes.

« qui passaient, une règle de plomb à la main », p. 264 (scoliaste d’Euripide – Hercule furieux), en plomb pour pouvoir se plier aux angles des pierres. On l’appelait règle phénicienne ou lesbienne.

« redoutait de parler haut dans les ténèbres et il  ne manquait pas tous les jours de se chausser d’abord du pied droit », p. 146 est une superstition grecque, un précepte de Pythagore.

Gaulois. Amédée Thierry.
Strabon.


f° 149 v°

 Voyez Isaïe
B. « imitant les écailles d’une murène », p. 16. (Saint Clément d’Alexandrie, Paedagogus II, 12.)

Dans Samuel, XIII, 18. « Elle (Tamar) avait sur elle une tunique bigarrée car les filles du roi vierges portaient ainsi des manteaux. »

La chaînette en hébreu, hatzadoth, du verbe tzaad, marcher en faisant du bruit (Cantique des Cantiques, Cahen, t. 16, p. 37).

(2) On mange encore des chiens dans le Mzab et l’île de Gerbi.
Voyez Mémoire historique sur Tunis par Saint Gervais, p. 185 et Shaw, t. Ier, p. 165. Cet usage existait jadis dans la Guyane et au Mexique.

N.B. et les Carthaginois en mangeaient. Preuves : Darius (voyez Justin, XIX) leur avait défendu 1° d’immoler des hommes 2° de se nourrir de chiens 3° de brûler les morts.
Brûler les morts c’était souiller le feu.

– « Les habitants de Seljedmasah engraissent des chiens pour les manger » (Edrisi).

« – avec ma lance et mon épée je laboure et je moissonne, etc. », p. 33, est une chanson des Mamertins rapportée par Athénée, liv. XIV[2]. Je l’ai un peu modifiée et raccourcie :
« Une lame, une épée et un bouclier me tiennent lieu de grandes richesses. L’une me sert à labourer, l’autre à moissonner et le troisième à fouler la vendange. Par leur moyen je suis maître de la maison. Ceux qui n’ont pas le courage de prendre la lance, l’épée et le bouclier se prosternent à mes genoux et m’appellent Maître et Grand Roi ! »


f° 150

Pour les ornements de la toilette des femmes : Isaie A
Mischna Tit. Schabbat, sive de Sabbatho, chap. 6

La couronne nuptiale de Narr’Havas p. 449 est prise dans Costumes des juifs de Léon de Modène

Pour les poids et mesures : Ezéchiel, Cahen : p.188

Dom Calmet, Dictionnaire de la Bible
Gesenius.

La chambre de Salammbô est d’après la Bible.

Pierreries dans le parquet, Ezéchiel, 28, 4
Les Lambris peints en rouge, Jérémie, XXII, 14.
Saulcy, Art judaïque

Pour les parfums, Pline X [3] et le XIIe livre d’Athénée.

Les vins Pline XIV
Les nourritures, id. (1)

« frappait dans sa main en marquant la cadence », Symposium de Plutarque t. 18, éd. de Clavier, p. 328, est d’ailleurs une coutume universelle dans tout l’Orient.

Le zagarit des femmes Le cri des prostituées à Sicca, p. 40, et des femmes de Salammbô, p. 188, est le zagarit moderne décrit par Corippus, « tremulis ululatibus », liv. iii[4].

« se battaient la cuisse droite pour marquer leur scandale », p. 178 (Jérémie, xxxi, 19).

La déchirure économique au bas du manteau, p. 170 (Jérémie, Cahen).

Pousser des cris pour secourir la lune en travail, p. 403 (Salvien, 101e homélie).

La peau de lama, p. 203 et 206 (Édrisi, Notice des manuscrits, t. XII, Quatremère).


f° 150 v°

Costumes des Carthaginois robes larges « tu qui zonam non habes », Plaute, Poenulus[5].

« leur abattre la trompe et manger de l’ivoire », p. 12, est inspiré par cette phrase de Pline livre VIII, chap. X.

« on est allé jusqu’à rechercher la saveur du cartilage de sa trompe par la seule raison, je pense que l’on se figure manger l’ivoire même ».

Dans la prière de Salammbô, chap. III

« et les taches des panthères », Pline, livre 8, chap. 23.
« les singes sont malades », id., livre 8.

Même chapitre, dents de dauphin pour bannir les terreurs, Pline, livre 32.

« Sous un amas d’émeraudes » (id). J’ai prodigué les émeraudes parce qu’elles passaient pour conserver la chasteté. Théophraste, Traité pierreries.

« comme le prouvait  son oreille percée d’un large trou », p. 66, Deutéronome, XV, 17.


f° 151

et le passage de Diodore, XX, 14, qui est le même.

Matisman dieu infernal, Mémoire de l’Académie, t. XII, p.181 et Maury, religion des Carthage, Creuzer

Statuette bleue, p. 153, Bible de Cahen, t. II, où il rapporte un passage de Diodore et  un autre d’Élien.

Je n’ai pas dédoublé les divinités, j’ai cru bien de dire que c’était la même.

Chevaux consacrés au soleil, 2e Livre des Rois, chap. XXXII
Maury, Religion de la Grèce, t. 1er, p. 417.

Barbe enveloppée, passage d’Ezéchiel, chap. XXIV.
Abarbanel, Bible de Cahen et souvenirs des colosses égyptiens

Éléphants oreilles en bleu, Armandi, 256-7, 8.


f° 151 v°

Pour les sphères les Ophanime, Cahen, Ézéchiel

Roues hydrauliques sakiehs.

Malobatre s’écrit malobathre et malabathre
Pourquoi pas les greniers.

Silphium (arroser les grenades avec du), Pline, 17, vers la fin.

On est allé jusqu’à rechercher la saveur du cartilage des trompes par la seule raison je pense que l’on se figure manger l’ivoire même, Pline, livre VIII, X.

Les singes qui ont une queue sont tristes au décours de la lune, Pline, 8.

Les Carthaginois suivant Plaute savaient toutes les langues. Chercher dans le Poenulus

Fleurs peints sur le corps [des] archers de Cappadoce.

Lydiens portaient des robes de femmes. Sandon.

 

f° 152

Les stèles d’émeraudes et d’or, Philostrate, Vie d’Apollonius, v, 4.

Agates. Faute d’impression, Aegates dans la 2e édition.

Ni Falbe, ni Dureau de la Malle

C’est le contraire.

« les grands ports » : citer les textes de mon livre.

La ville d’Utique n’est jamais devenue une ville carthaginoise (après la guerre des mercenaires, elle se soumet). J’ai eu soin de le dire.

« J’ai peur d’avoir été bien cruel ». Pas du tout, Monsieur, mais léger.

Mieux guidé par vous.


152 v°

Aristote compare les Scissites aux Phédities lacédémoniennes
Pas de noblesse.

Nullement épuisés après la 1ère guerre, Montesquieu, Esprit des lois, livre 29.

« la plus grosse émeraude bactrienne se trouve à Tyr dans le temple d’Hercule. C’est une colonne d’assez forte dimension », Théophraste pierreries, cité par Heeren, t. 2.  Heeren pense que cette colonne était de lapis-lazuli. Il y [en] a une à Rome dans l’Église [Santa Maria] Aracoeli.

« Les Phéniciennes importaient de l’argent dans l’Arabie où l’argent valait dix fois autant que l’or », Heeren, p. 77, t. 2.

 

f° 153

Poissons enveloppés dans du miel p. 59 sont dans Édrisi et on les appelait des bouri.

Pour la prison d’où sort Mâtho Procope

« Belles armures que l’on fabriquait à Carthage », p. 88. Silius Italicus XV.

« Garamantes assis sur leurs cavales », p. 341 (id. ibid.)

Le sac de peau violette dont les anciens s’enveloppaient la barbe en signe de deuil, p. 170, est la combinaison d’un passage d’Ezéchiel (ch. 24) et du souvenir des colosses égyptiens qui ont évidemment la barbe enveloppée dans un sac.

Arbres barbouillés de cinabre, p.13

Selden, De Diis Syris, p. 30 [6] 
Obry, De l’immortalité de l’âme chez les Hébreux
Mémoires de l’Académie du département de la Somme
Dupuis, Origine de tous les cultes, V p. 115-116.

Pour la fustigation (et les supplices en général)

« un qui comptait les coups et un autre qui frappait p. 212 est dans la Mischna, t. V.
« Qu’on les enterre dans le fumier (id)
D. Calmet, Bible d’Avignon, t. 2.
Basnage, Histoire des juifs, livre 6.
Mischna, t. 4, De poenis, chap. 3, t. 4, de Synedris
Chardin, Voyage en Perse.

Le supplice (proposé) de l’homme bardé de mèches que l’on promènerait sur un chameau (chap. xv) s’y trouve.
En 561, à Constantinople on coupa les pieds et les mains à des païens et on les promena sur des chameaux à travers la ville.


f° 153 v°

« et qu’on m’apporte dans des corbeilles toutes leurs mains coupées » p. 155.

Dans la Bible ce sont des têtes, voir Rois, iv, x, 7.

« jetait des pierres dans les champs pour les rendre stériles », p. 252.
Coutume actuelle des arabes et Job, note de Cahen, t. 15, p. 21.

 

Notes

[1] Traité de l’ornement des femmes, Œuvres de Tertullien, II, 7, Paris Charpentier, 1844.
[2] Banquet des savants, Athénée xv,15.
[3] C’est plutôt le livre XIII qui traite des arbres exotiques et des parfums. Voir Histoire naturelle de Pline. Édition Lemaire, Paris, 1827-1832, 11 vol. in-8 et l’édition Histoire naturelle de Pline traduite en français par Emile Littré, Nisard, Collection des auteurs latins, Dubochet, 1848-1850, 2 vol.
[5] « toi qui n’as pas de ceinture ». Plaute, Poenulus, V, 2, v. 1008-1009 : « Toi qui n’as pas de ceinture [ou de bourse], que viens-tu faire dans cette ville, et que cherchez-vous ? (« Tu qui zonam non habes, / quid hanc venisti in urbem, aut quid quaeritis ? », demande le Romain Milphio au Carthaginois Hannon).
[6] John Selden, De dis Syris syntagmata II, London, 1617 (1ère édition). Flaubert se réfère à l’édition de 1662 (Lipsiae).



Citer ce billet
G - LISAA (2023, 1 février). Détails ethnographiques et coutumes. Salammbô de Flaubert. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tvbc

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search