Détails topographiques 

 

 

Site de Carthage, Royal Museums Greenwich, 1857

 

f° 148 

Sources principales
et méthodes. Polybe. Appien.

Gesenius Hendrich (Carthago sive Carthaginiensium respublica, 1664) a réuni tous les textes latins et grecs – ouvrage sans critique mais abondant.

Ce qui me manquait de précis sur Carthage je l’ai pris dans la Bible (trad. de Cahen). Quand je n’ai pas eu des textes anciens j’ai eu recours aux voyageurs modernes – et   à mes souvenirs personnels.

Un passage de Salluste (Jugurtha) peu remarqué parle d’une invasion assyrienne conduite par Hercule sur les côtes d’Afrique. Ils se mêlèrent aux Libyens et  devinrent les Numides. L’invasion phénicienne est postérieure (XIX). J’ai rapproché ce passage d’un autre dans Frank (Kabbale) où il dit que les Assyriens ont fourni aux Juifs les noms des mois, des anges et les caractères dont ils se servent aujourd’hui (Talmud) – Voyez cette question dans Mémoire de l’Académie des Inscriptions t. XII ancienne série. Telle est ma base. Cette origine assyrienne m’a servi pour prendre des ornementations, des détails d’architecture, des types de têtes. Où les preuves me manquaient j’ai induit.


f° 147

Pour la topographie de Carthage et la géographie de la Régence de Tunis Appien a été mon guide.
J’ai suivi quant aux ports l’opinion de Chateaubriand adoptée par Falbe, Dureau de la Malle et   Beulé. B.

– La description du Côthon (p 161) est copiée dans Appien. Mais je l’ai interprété. Au lieu de dire comme sur « des colonnes ioniques », je mets « des cornes d’Ammon sur les chapiteaux », ce qui doit être la pensée même d’Appien plus précisée. A

J’ai consulté Desfontaines : Voyage en Afrique.

Grenville Temple : Excursions in Alger and Tunis
Johanneis
Corippus (Johannides) m’a été fort utile pour les anciennes peuplades africaines.

J’ai pris quelques noms dans Ibn Khaldoun
Tunis – Frank – Univers pittoresque
Hérodote.
Daumas[1].
Walkenaer, Recherches géographiques sur l’intérieur de l’Afrique septentrionale, 1821, Tableau de la géographie ancienne des États Barbaresques d’après l’allemand de Mannert par Louis Marcus,1842.
D’Escayrac de Lauture (Soudan)[2]
Voyage du sheik el El-Tounsy, trad. par Perron.
Excursions dans l’Afrique septentrionale par les délégués pour l’exploration de Carthage.
Recherches sur la topographie de Carthage (Dureau de la Malle)
Recherches sur l’emplacement de Carthage (Falbe)
Fouilles à Carthage (Beulé)
Voyage dans la Cyrénaïque et la Marmarique (Pacho X)
Divers articles dans la Revue archéologique.


f° 147 v°

Châteaux isolés dans la campagne.
Appien, De rebus punicis, 100 et 101.


f° 148 v°

A. Si je dis que le Côthon (port militaire) était pavé au fond de petits cailloux p. 161 c’est qu’à Thapsus il reste une grande partie du Côthon dont la construction est en petits cailloux liés avec des mortiers, de manière à composer une masse indestructible.
Raoul Rochette, Mémoire de l’Académie des Inscriptions, XII.

B. Contrairement à l’opinion inédite du comte Camille Borgia soutenue par Estrup (Lineae topographicae etc., Copenhague).

Sur le Faubourg Aclas, Procope (Guerres des Vandales)

C’est là que Bélisaire habitait quand il reçut la soumission de Gélimer.

X. La reproduction en couleur d’une fresque découverte à Cyrène et représentant des juifs m’a servi pour les costumes

 

Notes

[1] Le général Melchior-Joseph-Eugène Daumas a écrit plusieurs ouvrages susceptibles d’être utiles à Flaubert (voir « Bibliographie »). 
[2] Le Comte d’Escayrac de Lauture a publié plusieurs ouvrages sur le Soudan (voir « Bibliographie »).



Citer ce billet
G - LISAA (2023, 1 février). Détails topographiques . Salammbô de Flaubert. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tvbd

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search