La reconstitution de Carthage par Rochegrosse

 

Parmi les nombreux dessins préparatoires que Rochegrosse présente à l’éditeur Ferroud, pour l’édition illustrée de Salammbô (1900), parmi les tableaux destinés aux collectionneurs, une œuvre attire particulièrement l’attention, il s’agit d’une esquisse de la ville de Carthage. On peut lire sur l’envers du cadre : « Essai de reconstitution de la ville de Carthage d’après les descriptions de Gustave Flaubert pour le roman Salammbô », avec la date 1890. Le terme « essai » montre l’application du peintre pour capter la réalité d’une ville à partir du roman. Le terme « reconstitution » implique le rêve ambitieux de faire renaitre une cité mythique, celle de Salammbô, telle que l’a voulue Flaubert.

Comme le romancier, le peintre est allé à sur place, mais la reconstitution de Carthage suppose une réserve d’images venues d’autres sources que le paysage réel : Rochegrosse a vu des collines, des murs. Il garde le souvenir de villes placées à l’horizon de scènes historiques ou mythologiques où des personnages évoluent. Pense-t-il aux tableaux des grands peintres de la Renaissance Italienne, de Botticelli, Titien, Corrège, où un arrière-pays mystérieux se devine, loin du sujet principal ? Dans un tableau de 1651, Poussin pose un ensemble d’édifices à connotations égyptiennes, pyramides, obélisques, derrière la scène biblique : Moïse sauvé des eaux, qui se passe au bord du Nil. Dans le roman, on voit d’abord la ville de très loin, au clair de lune que l’on contemple avec Salammbô, au début du chapitre III : « La lune se levait à ras des flots ; et, sur la ville encore couverte de ténèbres, des points lumineux, des blancheurs brillaient » (p. 607) [1].

Sur ce dessin aquarellé, les rehauts de gouache blancs attirent l’œil. « La ville entière dormait. Les feux des avant-postes brillaient, comme des étoiles perdues. » écrivait Flaubert (p. 629). Des taches sombres figurent les buissons des jardins, évoqués par le romancier : « Mais de vagues ruines, des tas de terre noire, des jardins faisaient des masses plus sombres dans l’obscurité […] ». Rochegrosse rend son tableau vivant en semant ces points blancs, minuscules mais lumineux, qui scintillent et dialoguent avec les touches noires des buissons ronds. Mâtho brûle de pénétrer dans la ville. Le tableau semble recéler un secret, comme un appel à aller plus près : « Il était jaloux de cette Carthage enfermant Salammbô, comme de quelqu’un qui l’aurait possédée. » (p.616) On voit que le peintre suit donc les indications du roman, et ajoute, en relisant le texte, des corrections picturales, bien visibles, écritures tracées sans doute rapidement. L’interprétation hésite devant ces lignes, elles nous renseignent nous aussi sur la genèse du tableau :

Et alors tour d’angle trop loin

Doit être plus près de

Plus près de la tour d’angle,  indiquée par un autre trait fin, fléché aux deux bouts.

Un grand demi-cercle net isolant les inscriptions relevées, part du dôme d’Eschmoûn, désigné par un trait oblique. Le dessinateur le juge trop « long » c’est-à-dire trop haut. Le tracé va jusqu’à la tour d’angle, au milieu d’autres bâtiments. Des tours de formes variées se devinent au loin, plus petites. Un temple au dôme bien dessiné est entouré de petites flèches noires, évoquant ce passage du roman : « […] sur le sommet de l’Acropole les cyprès pyramidaux bordant le temple d’Eschmoûn se balançaient […] » (p. 608).  On repère la silhouette fine des cyprès, longilignes (comme parfois ceux de Provence) à plusieurs endroits.

Une autre inscription se lit à gauche, au-dessous du dôme :

Tour Tanit

Un peu plus haut

Après  le temple d’Eschmoûn, l’attention va au temple de Tanit, la déesse que Salammbô s’apprête à célébrer depuis sa terrasse. « Ses yeux, un instant, parcoururent l’horizon, puis ils s’abaissèrent sur la ville endormie. » (p. 609) L’esquisse comporte d’autres détails comme si on voyait la cité de plus près, suivant maintenant le regard des soldats au début du chapitre IV, Sous les murs de Carthage (p. 615). Rochegrosse, toujours fidèle au roman, met en valeur le détail le plus visible dans cet amoncellement de constructions, dans ce « désordre de monuments », les buissons ronds qui  font « les lacs de verdure » :

Par-derrière, la ville étageait en amphithéâtre ses hautes maisons de forme cubique. Elles étaient en pierres, en planches, en galets, en roseaux, en coquillages, en terre battue. Les bois des temples faisaient comme des lacs de verdure dans cette montagne de blocs, diversement coloriés. Les places publiques la nivelaient à des distances inégales ; d’innombrables ruelles, s’entrecroisant, la coupaient du haut en bas.

Cet enchevêtrement, avec les colonnes, les coupoles, les obélisques renversés, s’étale sous nos yeux… Cela correspond à l’impression que Flaubert lui-même veut donner : les Barbares ont du mal à bien identifier les lieux dans « cette montagne de blocs », qu’ils ne connaissent que par les bavardages de leurs camarades : « De loin ils reconnaissaient les marchés, les carrefours ; ils se disputaient sur l’emplacement des temples. » (p. 616)

Les bâtiments, « Celui de Khamon », la toiture de « Melkarth, à la gauche d’Eschmoûn », la coupole de Tanit, le noir Moloch, se superposent sans ordre, et les Mercenaires, pour qui tout est très confus, sont impressionnés malgré leur haine. On lit plus loin leur étonnante réaction : « Ce spectacle de Carthage irritait les Barbares. Ils l’admiraient, ils l’exécraient, ils auraient voulu tout à la fois l’anéantir et l’habiter. » (p.616) Le dessin  chaotique, disloqué traduit le point de vue et le ressentiment  des soldats.

En bas à droite du tableau, une ébauche de schéma apporte des éléments pour la scène future de la fin du chapitre III et la mise en place des personnages. Ce croquis, crayonné en quelques traits nerveux, anticipe le moment où Schahabarim, que l’on devine dans la silhouette, se dresse debout, les bras levés, dans une attitude menaçante pour impressionner son élève. C’est à la fin du chapitre III quand le prêtre veut dominer Salammbô et la convaincre d’aller se donner à Mâtho  afin qu’il rende le zaïmph. Quelques tracés rapides révèlent la malheureuse jeune fille, toute ramassée sur elle-même, victime repentante : « Elle tomba sur les genoux, mettant ses deux doigts contre ses oreilles en signe de repentir ; et elle sanglotait, écrasée par la parole du prêtre, pleine à la fois de colère contre lui, de terreur et d’humiliation. Schahabarim, debout, restait insensible. »

Fond de scène dans le livre illustré, ce « brouillon » ou plutôt « essai » (quand il s’agit de peinture on ne parle pas de brouillon)  se révèle comme un moment important. On surprend le travail du peintre, crayonnant devant nos yeux, avec le souci de l’équilibre des volumes ou des masses : il prépare la rencontre du prêtre avec Salammbô.

Ce dessin que l’on retrouve à l’arrière de plusieurs scènes, surtout au chapitre III,  n’était pas destiné à rester une œuvre indépendante,  mais il a constitué sans doute pour l’artiste une image de référence, une image-source, pour entrer dans la ville rêvée. Et pour nous, il représente plus qu’un essai, un document génétique rare, une incontestable création.

Geneviève Mondon
ITEM-CNRS

 

[1] Salammbô, édition d’Yvan Leclerc et Gisèle Séginger, Œuvres complètes, III, Gallimard, coll. « Bibliothèque de La Pléiade », 2013 [édition de référence].



Citer ce billet
G-LISAA (2023, 16 juin). La reconstitution de Carthage par Rochegrosse. Salammbô de Flaubert. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tvbi

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search