Suzanne-Raphaële Lagneau, 1928

En 1928 paraît chez Henri Cyral une édition de Salammbô richement illustrée par Suzanne-Raphaële Lagneau. L’artiste peintre et illustratrice réalise soixante dix-huit compositions originales de formats différents, qui présentent l’originalité de toutes être en couleurs. Si elle s’autorise quelques libertés avec la réalité historique, et commet quelques entorses par rapport aux connaissances archéologiques contemporaines, Suzanne-Raphaële Lagneau s’efforce d’accompagner la narration par des illustrations qui restent suffisamment fidèles au texte pour en faire un support à l’imagination, plutôt qu’une simple évocation des thèmes principaux du roman.

Frontispice de l’édition illustrée par Suzane-Raphaële Lagneau.

I. Le festin

En-tête du chapitre liminaire du roman : I. Le festin.

Ensuite les tables furent couvertes de viandes : antilopes avec leurs cornes, paons avec leurs plumes, moutons entiers cuits au vin doux, gigots de chamelles et de buffles, hérissions au garum, cigales frites et loirs confits. Dans des gamelles en bois de Tamrapanni flottaient, au milieu du safran, de grands morceaux de graisse. Tout débordait de saumure, de truffes et d’assafœtida. Les pyramides de fruits s’éboulaient sur les gâteaux de miel, et l’on n’avait pas oublié quelques-uns de ces petits chiens à gros ventre et à soies roses que l’on engraissait avec du marc d’olives, mets carthaginois en abomination aux autres peuples.

I. Le festin

De l’autre côté de la table se tenait un Libyen de taille colossale et à courts cheveux noirs frisés. il n’avait gardé que sa jaquette militaire, dont les lames d’airain déchiraient la pourpre du lit. Un collier à lune d’argent s’embarrassait dans les poils de sa poitrine. Des éclaboussures de sang lui tachetaient la face, il s’appuyait sur son coude gauche ; et la bouche grande ouverte il souriait. […] Involontairement, elle s’en approcha, et, poussée par la reconnaissance de son orgueil, elle lui versa dans une coupe d’or un long jet de vin pour se réconcilier avec l’armée.

– Bois ! dit-elle.

I. Le festin
Illustration in-texte qui représente probablement un des esclaves d’Hamilcar libérés par les mercenaires.
Illustration in-texte qui représente Narr’Havas s’apprêtant à lancer un javelot contre Mâtho.

Aucun ne la regardait comme un jeune chef humide placé aux tables des capitaines, parmi des soldats de sa nation. Sa ceinture était si hérissée de dards qu’elle faisait une bosse dans son large manteau, noué à ses tempes par un lacet de cuir. […] Il n’avait pas fini que Narr’Havas, en bondissant, tira un javelot de sa ceinture, et appuyé du pied droit sur le bord de la table, il le lança contre Mâtho.

I. Le festin

II. A Sicca

Ils défilèrent par la rue de Khamon et la porte de Cirta, pêle-mêle, les archers avec les hoplites, les capitaines avec les soldats, les Lusitaniens avec les Grecs.

II. A Sicca

Cent pas plus loin ils en virent deux autres, puis tout à coup parut une longue file de croix supportant des lions. Les uns étaient morts depuis si longtemps qu’il ne restait plus contre le bois que les débris de leur squelette ; d’autres à moitié rongés tordaient leur gueule en faisant une horrible grimace ; il y en avait d’énormes, l’arbre de la croix pliait sous eux et ils se balançaient au vent, tandis que sur leurs têtes des bandes de corbeaux tournoyaient dans l’air, sans jamais s’arrêter.

II. A Sicca
Illustration in-texte qui représente une des mains du suffète Hannon.

Quelquefois une main grasse, chargée de bagues, entr’ouvrait la litière ; une voix rauque criait des injures ; alors les porteurs s’arrêtaient, puis ils prenaient une autre route à travers le camp.

II. A Sicca
Illustration in-texte qui représente la rébellion des mercenaires contre l’ambassade de Carthage emmenée par le suffète Hannon.

On courut aux avant-postes, et les bagages du Suffète arrivèrent au milieu des tentes, poussés par les Barbares. Sans attendre les esclaves, bien vite ils dénouèrent les corbeilles ; il y trouvèrent des robes d’hyacinthe, des éponges, des grattoirs, des brosses, des parfums, et des poinçons en antimoine, pour se peindre les yeux ; – le tout appartenant aux Gardes, hommes riches accoutumés à ces délicatesses. […] Alors tout fut renversé, bouleversé : les mulets, les valets, la litière, les provisions, les bagages. Les soldats prirent la monnaie dans les sacs pour lapider Hannon.

II. A Sicca
Illustration in-texte qui représente la fuite du suffète Hannon après que les mercenaires se sont révoltés contre lui et la délégation dépêchée par Carthage auprès d’eux.

A grand-peine il put monter sur un âne ; il s’enfuyait en se cramponnant aux poils, hurlant, pleurant, secoué, meurtri, et appelant sur l’armée la malédiction de tous les Dieux. Son large collier de pierreries rebondissait jusqu’à ses oreilles. Il retenait avec ses dents son manteau trop long qui traînait, et de loin les Barbares lui criaient : “Va-t’en, lâche ! pourceau ! égout de Moloch ! sur ton or et ta peste ! plus vite ! plus vite !”

II. A Sicca

III. Salammbô

– Ô père ! s’écria Salammbô, je la verrai, n’est-ce pas ? tu m’y conduiras ! Depuis longtemps j’hésitais ; la curiosité de sa forme me dévore. Pitié ! secours-moi ! partons !

Il la repoussa d’un geste véhément et plein d’orgueil.

– Jamais ! Ne sais-tu pas qu’on en meurt ! […] Ton désir est un sacrilège ; satisfais-toi avec la science que tu possèdes !

III. Salammbô

Salammbô regarda l’étoile polaire ; elle salua lentement les quatre points du ciel et s’agenouilla parmi la poudre d’azur qui était semée d’étoiles d’or, à l’imitation du firmament. Puis les deux coudes contre les flancs, les avant-bras tout droits et les mains ouvertes, en se renversant la tête sous les rayons de la lune, elle dit :

– Ô Rabbetna !… Baalet !… Tanit !

III. Salammbô
Illustration in-texte qui représente Salammbô et Schahabarim observant depuis la terrasse du palais d’Hamilcar la poussière soulevée par la marche des mercenaires de retour de Sicca vers Carthage.

Tout à coup il aperçut à l’horizon, derrière Tunis, comme des brouillards légers, qui se traînaient contre le sol ; puis ce fut un grand rideau de poudre grise perpendiculairement étalé, et, dans les tourbillons de cette masse nombreuse, des têtes de dromadaires, des lances, des boucliers parurent. C’était l’armée des Barbares qui s’avançait sur Carthage.

III. Salammbô

IV. Sous les murs de Carthage

Un matin ils virent les chaînes du port s’abaisser, et trois bateaux plats, passant par le canal de la Tænia, entrèrent dans le lac.

Sur le premier, à la proue, on apercevait Giscon. Derrière lui, et plus haute qu’un catafalque, s’élevait une caisse énorme, garnie d’anneaux pareils à des couronnes qui pendaient.

IV. Sous les murs de Carthage
Illustration en pleine-page qui représente Giscon distribuant leur solde aux mercenaires.

Quelques-uns montaient à ses côtés. Tant qu’ils vociféraient des injures on les écoutait avec patience ; mais s’ils tentaient pour lui le moindre mot, ils étaient immédiatement lapidés, ou par derrière d’un coup de sabre on leur abattait la tête. L’amoncellement des sacs était plus rouge qu’un autel.

IV. Sous les murs de Carthage
Illustration in-texte qui représente Mâtho et Spendius nageant dans la conduite d’eau de l’aqueduc qui approvisionne Carthage.

Ils avaient à remonter, puis ils retombaient encore ; et ils sentaient une épouvantable fatigue, comme si leurs membres en nageant se fussent dissous dans l’eau. Leurs yeux se fermèrent ; ils agonisaient.

IV. Sous les murs de Carthage
Illustration in-texte qui représente Mâtho et Spendius s’infiltrant dans Carthage.

Une porte de bronze fermait [un escalier] en haut. Avec la pointe d’un poignard, ils écartèrent la barre que l’on ouvrait en-dehors ; tout à coup le grand air pur les enveloppa.

IV. Sous les murs de Carthage

V. Tanit

Mais au-delà on aurait dit un nuage où étincelaient des étoiles ; des figures apparaissaient dans les profondeurs de ses plis : Eschmoûn avec les Kabyres, quelques-uns des monstres déjà vus, puis d’autres qu’ils ne connaissaient pas. Cela passait comme un manteau sous le visage de l’idole, et remontant étalé sur le mur, s’accrochait par les angles, tout à la fois bleuâtre comme la nuit, jaune comme l’aurore, pourpre comme le soleil, diaphane, étincelant, léger. C’était là le manteau de la Déesse, le saint zaïmph que l’on ne pouvait pas voir.

V. Tanit
Illustration in-texte qui représente Mâtho et Spendius à la recherche du zaïmph dans le temple de Tanit.

L’appartement où ils entrèrent n’avait rien qu’une peinture noire représentant une autre femme. ses jambes montaient jusqu’au haut de la muraille. Son corps occupait le plafond tout entier. De son nombril pendait à un fil un œuf énorme, et elle retombait sur l’autre mur, la tête en bas, jusqu’au niveau des dalles où atteignaient ses doigts pointus.

V. Tanit

Des femmes dormaient en dehors des cellules, étendues sur des nattes. Leurs corps, tout gras d’onguents, exhalaient une odeur d’épices et de cassolettes éteintes ; elle étaient si couvertes de tatouages, de colliers, d’anneaux, de vermillon et d’antimoine, qu’on les eût prises, sans le mouvement de leur poitrine, pour des idoles ainsi couchées par terre.

V. Tanit
Illustration in-texte qui représente un prêtre de Tanit surprenant Mâtho et Spendius.

Un bruit de pas se rapprocha, une porte s’ouvrit et un homme apparut, un prêtre, avec son haut bonnet et les yeux écarquillés.

V. Tanit
Illustration en pleine-page qui représente Mâtho et Spendius face à l’idole monumentale de Tanit.

Douze globes de cristal bleu la bordaient circulairement, supportés par des monstres qui ressemblaient à des tigres. Leurs prunelles saillissaient comme les yeux des escargots, et courbant leurs reins trapus, il se tournaient vers le fond, où resplendissait, sur un char d’ivoire, la Rabbet suprême, l’Omniféconde, la dernière inventée.

Des écailles, des plumes, des fleurs et des oiseaux lui montaient jusqu’au ventre. Pour pendants d’oreilles elle avait des cymbales d’argent qui lui battaient les joues. Ses grands yeux fixes vous regardaient, et une pierre lumineuse, enchâssée à son front dans un symbole obscène, éclairait toute la salle, en se reflétant au-dessus de la porte, sur des miroirs de cuivre rouge.

V. Tanit
Illustration in-texte qui représente Mâtho présentant à Salammbô, dans la chambre de laquelle il s’est introduit, le zaïmph, qu’il a volé et revêtu.

– Qu’est-ce donc ? dit-elle.

Il répondit :

– C’est le voile de la Déesse !

– Le voile de la Déesse ! s’écria Salammbô. Et appuyée sur les deux poings, elle se penchait en dehors toute frémissante. […]

Elle s’avançait toujours, vêtue de sa simarre blanche qui traînait, avec ses grands yeux attachés sur le voile. Mâtho la contemplait, ébloui par les splendeurs de sa tête, et tendant vers elle le zaïmph, il allait l’envelopper.

V. Tanit
Illustration in-texte qui représente Mâtho fuyant Carthage par la porte de Khamon.

Tout à coup il aperçut la longue chaîne que l’on tirait pour manœuvrer la bascule de la porte. D’un bon il s’y cramponna, en raidissant ses bras, en s’arc-boutant des pieds ; et, à la fin, les battants énormes s’entrouvrirent.

V. Tanit

Quand il fut dehors, il retira de son cou le grand zaïmph et l’éleva sur sa tête le plus haut possible. L’étoffe, soutenue par le vent de la mer, resplendissait au soleil avec ses couleurs, ses pierreries et la figure de ses dieux.

V. Tanit

VI. Hannon

En-tête du chapitre VI. Hannon.
Illustration in-texte qui représente les fortifications érigées par les troupes d’Autharite devant Tunis.

L’armée d’Autharite restait toujours devant Tunis. Elle se cachait derrière un mur fait avec la boue du lac et défendu au sommet par des broussailles épineuses. Des Nègres y avaient planté çà et là, sur de grands bâtons, d’effroyables figures, masques humains composés avec des plumes d’oiseaux, têtes de chacal ou de serpent qui bâillaient vers l’ennemi pour l’épouvanter ; et par ce moyen, s’estimant invincibles, les Barbares dansaient, luttaient, jonglaient, convaincus que Carthage ne tarderait pas à périr.

VI. Hannon
Illustration in-texte qui représente les têtes des trois captifs présentés au suffète Hannon alors qu’il profitait de l’étuve d’Utique.

L’Ethiopien tira de sa ceinture un long poignard, et les trois têtes tombèrent. Une d’elles, en rebondissant parmi les épluchures du festin, alla sauter dans la vasque, et elle y flotta quelque temps, la bouche ouverte et les yeux fixes.

VI. Hannon
Illustration en pleine-page qui représente la charge des éléphants commandés par Hannon contre les mercenaires campant devant Utique.

La poussière autour d’eux tombait et ils commençaient à chanter, lorsque Hannon lui-même parut au haut d’un éléphant. Il était nu-tête, sous un parasol de byssus, que portait un nègre derrière lui. Son collier à plaques bleues battait sur les fleurs de sa tunique noire ; des cercles de diamants comprimaient ses bras énormes, et la bouche ouverte, il brandissait une pique démesurée, épanouie par le bout comme un lotus et plus brillante qu’un miroir. Aussitôt la terre s’ébranla, – et les Barbares virent accourir, sur une seule ligne, tous les éléphants de Carthage avec leurs défenses dorées, les oreilles peintes en bleu, revêtus de bronze, et secouant par-dessus leurs carapatons d’écarlate des tours de cuir, où dans chacune trois archers tenaient un grand arc ouvert.

VI. Hannon

VII. Hamilcar Barca

En-tête du chapitre VII. Hamilcar Barca.

Elle s’avançait d’une façon orgueilleuse et farouche, l’antenne toute droite, la voile bombée dans la longueur du mât, en fendant l’écume autour d’elle ; ses gigantesques avirons battaient l’eau en cadence ; de temps à autre l’extrémité de sa quille, faite comme un soc de charrue, apparaissait, et sous l’éperon qui terminait sa proue, le cheval à tête d’ivoire, en dressant ses deux pieds, semblait courir sur les plaines de la mer.

VII. Hamilcar Barca
Illustration in-texte qui représente le candélabre à huit branches placé devant l’idole de Moloch.

Un candélabre tout couvert de fleurs ciselées brûlait au fond, et chacune de ses huit branches en or portait dans un calice de diamants une mèche de byssus.

VII. Hamilcar Barca
Illustration en pleine-page qui représente Hamilcar s’adressant aux Anciens réunis dans le temple de Moloch.

Hamilcar s’avança vers le candélabre. Il tourna tout autour, en considérant les mèches qui brûlaient, puis jeta sur elles une poudre parfumée ; des flammes violettes parurent à l’extrémité des branches.

VII. Hamilcar Barca
Illustration qui représente le combat entre Hannibal Barca, fils d’Hamilcar, et un aigle.

L’autre lune, croirais-tu, il a surpris un aigle ; il le traînait, et le sang de l’oiseau et le sang de l’enfant s’éparpillaient dans l’air en larges gouttes, telles que des roses empourprées. La bête, furieuse, l’enveloppait du battement de ses ailes ; il l’étreignait contre sa poitrine, et à mesure qu’elle agonisait ses rires redoublaient, éclatants et superbes comme des chocs d’épées. 

VII. Hamilcar Barca
Illustration in-texte qui représente Salammbô, suivie par ses servantes, allant à la remontre de son père de retour à Carthage au bas de marches de l’escalier des galères de son palais.

Salammbô, cependant, continuait à marcher.
Des perles de couleurs variées descendaient en longues grappes de ses oreilles et jusqu’aux coudes. Sa chevelure était crêpée, de façon à simuler un nuage. Elle portait, autour du cou, de petites plaques d’or quadrangulaires représentant une femme entre deux lions cabrés ; et son costume reproduisait l’accoutrement entier de la Déesse.

VII. Hamilcar Barca
Illustration in-texte qui représente une des salles du trésor d’Hamilcar.

Des écailles d’airain couvraient les murs ; au milieu, sur un piédéstal de granit, s’élevait la statue d’un Kabyre avec le nom d’Alètes, inventeur des mines dans la Celtibérie. Contre sa base, par terre, étaient disposés en croix de larges boucliers d’or et des vases d’argent monstrueux, à goulot fermé, d’une forme extravagante et qui ne pouvaient servir ; car on avait coutume de fondre ainsi des quantités de métal pour que les dilapidations et même les déplacements fussent presque impossibles.

VII. Hamilcar Barca
Illustration in-texte qui représente les supplices qu’Hamilcar fait subir aux gouverneurs des campagnes.

Tous furent placés la face vers le soleil, du côté de Moloch-dévorateur, étendus par terre sur le ventre ou sur le dos, et les condamnés à la flagellation, debout contre les arbres, avec deux hommes auprès d’eux, un qui comptait les coups et un autre qui frappait.
Il frappait à deux bras ; les lanières en sifflant faisaient voler l’écorce des platanes. Le sang s’éparpillait en pluie dans les feuillages, et des masses rouges se tordaient au pied des arbres en hurlant.

VII. Hamilcar Barca
Illustration in-texte qui représente des chaînes brisées.

VIII. La bataille du Macar

Illustration in-texte qui représente Hamilcar conduisant l’armée punique.

Hamilcar ne se retourna pas. Il allait toujours en tête ; et son cheval, couvert de macules jaunes comme un dragon, en jetant de l’écume autour de lui, avançait dans la fange à grands coups de reins.

VIII. La bataille du Macar
Illustration qui représente Narr’Havas s’entretenant avec Mâtho.

Le Numide, en caressant la plume d’autruche qui lui retombait sur l’épaule, roulait ses yeux comme une femme et souriait d’une manière irritante.

VIII. La bataille du Macar

Mais un cri, un cri épouvantable éclata, un rugissement de douleur et de colère : c’étaient les soixante- douze éléphants qui se précipitaient sur une double ligne, Hamilcar ayant attendu que les Mercenaires fussent tassés en une seule place pour les lancer sur eux ; les Indiens les avaient si vigoureusement piqués que du sang coulait sur leurs larges oreilles. Leurs trompes, barbouillées de minium, se tenaient droites en l’air, pareilles à des serpents rouges ; leurs poitrines étaient garnies d’un épieu, leur dos d’une cuirasse, leurs défenses allongées par des lames de fer courbes comme des sabres, – et, pour les rendre plus férodes, on les avait enivrés avec un mélange de poivre, de vin pur et d’encens. Ils secouaient leurs colliers de grelots, criaient ; et les éléphantarques baissaient la tête sous le jet des phalariques qui commençaient à voler du haut des tours.

VIII. La bataille du Macar
En-tête du chapitre VIII. La bataille du Macar.

La nuit tomba. Les Carthaginois, les Barbares avaient disparu. Les éléphants, qui s’étaient enfuis, vagabondaient à l’horizon avec leurs tours incendiées. Elles brûlaient dans les ténèbres çà et là, comme des phares à demi perdus dans la brume.

VIII. La bataille du Macar
Illustration in-texte qui représente le champ de bataille après la défaite des mercenaires.

Mâtho, s’avançant toujours, crut distinguer des enseignes puniques, car des têtes de cheval qui ne bougeaient pas apparaissaient dans l’air, fixées au sommet de hampes en faisceau que l’on ne pouvait voir.

VIII. La bataille du Macar

IX. En campagne

En-tête du chapitre IX. En campagne.
Illustration in-texte qui représente l’exécution des deux mille prisonniers envoyés à Carthage par Hamilcar par la population de la ville.

Les deux mille Barbares furent attachés dans les Mappales, contre les stèles des tombeaux ; et des marchands, des goujats de cuisine, des brodeurs et même des femmes, les veuves des morts avec leurs enfants, tous ceux qui voulaient, vinrent les tuer à coups de flèches. […] La sanction des Dieux n’y manqua pas ; car de tous les côtés du ciel des corbeaux s’abattirent.

IX. En campagne
Illustration in-texte qui représente des casques et des enseignes appartenant à différentes formations de l’armée des mercenaires.
Illustration in-texte qui représente Zarxas buvant le sang d’un blessé.

Zarxas accourut, et, le terrassant, il lui enfonça un poignard dans la gorge ; il l’en retira, se jeta sur la blessure, – et, la bouche collée contre elle, avec des grondements de joie et de soubresauts qui le secouaient jusqu’aux talons, il pompait le sang à pleine poitrine.

XV. Mâtho

X. Le serpent

En-tête du chapitre X. Le serpent.

Sa belle peau, couverte comme le firmament de taches d’or sur un fond tout noir, était jaune maintenant, flasque, ridée et trop large pour son corps ; une moisissure cotonneuse s’étendait autour de sa tête ; et dans l’angle de ses paupières, on apercevait de petits points rouges qui paraissaient remuer. […]

Elle le trouva enroulé par la queue à un des balustres d’argent, près du lit suspendu, et il le frottait pour se dégager de sa vieille peau jaunâtre, tandis que son corps tout luisant et clair s’allongeait comme un glaive à moitié sorti du fourreau

X. Le serpent

Illustration qui représente Taanach apprêtant Salammbô.

Au coucher du soleil, Taanach retirait les losanges de feutre noir bouchant les ouvertures de la muraille ; alors ses colombes, frottées de musc comme les colombes de Tanit, tout à coup entraient, et leurs pattes roses glissaient sur les dalles de verre parmi les grains d’orge qu’elle leur jetait à pleines poignées, comme un semeur dans un champ. 

X. Le serpent
Illustration en pleine-page qui sert de page de garde, qui représente la danse de Salammbô et de son python.

Salammbo l’entoura autour de ses flancs, sous ses bras, entre ses cuisses ; puis, le prenant à la mâchoire, elle approcha cette petite gueule triangulaire jusqu’au bord de ses dents, et, fermant à demi les yeux, elle se renversait sous les rayons de la lune.

X. Le serpent

XI. Sous la tente

En-tête du chapitre XI. Sous la tente.

Mâtho lui saisit les talons, la chaînette d’or éclata, et les deux bouts, en s’envolant, frappèrent la toile comme deux vipères rebondissantes. […] Il cherchait les moyens de la servir, de s’humilier, et même il étala sur ses jambes le zaïmph, comme un simple tapis.

XI. Sous la tente
Illustration en pleine-page qui représente Mâtho suppliant Salammbô.

Il était à genoux, par terre, devant elle ; et il lui entourait la taille de ses deux bras, la tête en arrière, les mains errantes ; les disques d’or suspendus à ses oreilles luisaient sur son cou bronzé ; de grosses larmes roulaient dans ses yeux pareils à des globes d’argent ; il soupirait d’une façon caressante, et murmurait de vagues paroles, plus légères qu’une brise et suaves comme un baiser.

XI. Sous la tente
Illustration in-texte qui représente Giscon accusant Salammbô d’être responsable des malheurs de Carthage.

Mais le bas de la tente se releva, et une forme monstrueuse apparut. Salammbô ne distingua d’abord que les deux yeux, avec une longue barbe blanche qui pendait jusqu’à terre ; car le reste du corps, embarrassé dans les guenilles d’un vêtement fauve, traînait contre le sol ; et, à chaque mouvement pour avancer, les deux mains entraient dans la barbe, puis retombaient. En rampant ainsi, elle arriva jusqu’à ses pieds, et Salammbô reconnut le vieux Giscon.

XI. Sous la tente
Illustration in-texte qui représente Salammbô montrant le zaïmph aux soldats puniques.

Elle ouvrit son large manteau, et, en écartant les bras, elle déploya le zaïmph.
La tente de cuir, relevée dans les coins, laissait voir le tour entier de la montagne couverte de soldats, et comme elle se trouvait au centre, de tous les côtés on apercevait Salammbô. Une clameur immense éclata, un long cri de triomphe et d’espoir.

XI. Sous la tente

XII. L’aqueduc

En-tête du chapitre, qui représente Spendius escaladant l’aqueduc desservant Carthage.

“S’il était blessé, nous l’entendrions !” dit Spendius ; et il monta vivement d’étage en étage, comme il avait fait la première fois, en s’aidant d’une corde et d’un harpon. Quand il fut en haut, près du cadavre il la laissa retomber. Le Baléare y attacha un pic avec un maillet, et s’en retourna.

XII. L’aqueduc
Illustration in-texte qui représente Zarxas jetant la tête de Giscon décapité aux soldats puniques.

Puis, quand il fut aux deux tiers de la montagne, il retira de sa poitrine la tête de Giscon en la tenant par la barbe, il tourna son bras rapidement plusieurs fois, – et la masse, enfin lancée, décrivit une longue parabole et disparut derrière le retranchement punique.

XII. L’aqueduc
Illustration in-texte qui représente les mercenaires faisant diversion autour d’un feu pour permettre à Spendius de mener à bien son entreprise de sabotage de l’aqueduc.

Puis, un soir que la lune brillait, il pria Mâtho d’allumer au milieu de la nuit un grand feu de paille, en même temps que tous ses hommes pousseraient des cris ; et, prenant avec lui Zarxas, il s’en alla par le bord du golfe, dans la direction de Tunis.

XII. L’aqueduc

XIII. Moloch

En-tête du chapitre XIII. qui représente la procession qui procède l’offrande de sacrifices à Moloch.

Le pavillon de Melkarth, en pourpre fine, abritait une flamme de pétrole ; sur celui de Khamon, couleur d’hyacinthe, se dressait un phallus d’ivoire, bordé d’un cercle de pierreries ; entre les rideaux d’Eschmoûn, bleus comme l’éther, un python endormi faisait un cercle avec sa queue.

XIII. Moloch
Illustration in-texte qui représente Mâtho lui-même combattant les Carthaginois.

Il était rentré dans sa tente, et, jetant sa cuirasse, avait pris sa peau de lion, plus commode pour la bataille ; le mufle s’adaptait sur la tête en bordant le visage d’un cercle de crocs ; les deux pattes antérieures se croisaient sur la poitrine, et celles de derrière avançaient leurs ongles jusqu’au bas de ses genoux. […] Deux hommes à la fois sautèrent sur son dos ; il recula d’un bon contre une porte, et les écrasa.

XIII. Moloch
Illustration en pleine-page qui représente le sacrifice d’enfants offert à Moloch par les Carthaginois.

Les victimes, à peine au bord de l’ouverture, disparaissaient comme une goutte d’eau sur une plaque rougie, et une fumée blanche montait dans une grande couleur écarlate.

XIII. Moloch

XIV. Le Défilé de la Hache

En-tête du chapitre XIV. Le Défilé de la Hache.

Dans un de ces amas qui bosselaient irrégulièrement la plaine, quelque chose de plus vague qu’un spectre se leva. Alors un des lions se mit à marcher, découpant avec sa forme monstrueuse une ombre noire sur le fond du ciel pourpre ; – quand il fut tout près de l’homme, il le renversa, d’un seul coup de patte.

XIV. Le Défilé de la Hache
Illustration in-texte qui représente la herse qui ferme le Défilé de la Hache.

Ils revinrent sur la herse ; elle était garnie de longs clous, épais comme des pieux, aigus comme les dards d’un porc-épic et plus serrés que les crins d’une brosse. Mais tant de rage les animait qu’ils se précipitèrent contre elle. Les premiers y entrèrent jusqu’à l’échine, les seconds refluèrent par-dessus, et tout retomba, en laissant à ces horribles branches des lambeaux humains et des chevelures ensanglantées.

XIV. Le Défilé de la Hache
Illustration en pleine-page qui représente l’ultime charge des éléphants contre les mercenaires, affaiblis parce que retenus dans le Défilé de la Hache.

Les éléphants entrèrent dans cette masse d’hommes ; et les éperons de leur poitrail la divisaient, les lances de leurs défenses la retournaient comme des socs de charrues ; il coupaient, taillaient, hachaient avec les faux de leurs trompes ; les tours, pleines de phalariques, semblaient des volcans en marche ; on ne distinguait qu’un large amas où les chairs humaines faisaient des taches blanches, les morceaux d’airain des plaques grises, le sang des fusées rouges ; les horribles animaux, passant au milieu de tout cela, creusaient des sillons noirs.

XIV. Le Défilé de la Hache
Illustration in-texte qui représente les croix sur lesquels périrent les prisonniers carthaginois détenus par les mercenaires.

Puis, en ramenant ses yeux, il aperçut, à gauche, au bord du Lac, trente croix démesurées.
En effet, pour les rendre plus effroyables, ils les avaient construites avec les mâts de leurs tentes attachés bout à bout ; et les trente cadavres des Anciens apparaissaient tout en haut du ciel. Il y avait sur leurs poitrines comme des papillons blancs ; c’étaient les flèches qu’on leur avait tirées d’en bas. 

XIV. Le Défilé de la Hache
Illustration in-texte qui représente Mâtho combattant les soldats puniques.

Mâtho avait perdu ses épaulières, son casque, sa cuirasse ; il était complètement nu, – plus livide que les morts, les cheveux tout droits, avec deux plaques d’écume au coin des lèvres, – et son épée tournoyait si rapidement, qu’elle faisait une auréole autour de lui.

XIV. Le Défilé de la Hache

XV. Mâtho

En-tête du chapitre XV. Mâtho

D’un seul coup il fendit la poitrine de Mâtho, puis en arracha le cœur, le posa sur la cuiller, et Schahabarim, levant son bras, l’offrit au soleil.

XV. Mâtho
Illustration en pleine-page qui représente les prêtresses de Tanit qui participent à la procession qui précède l’union de Salammbô et de Narr’Havas.

Mais les prêtres de la Rabbetna avançaient d’un pas fier, avec des lyres à la main ; les prêtresses les suivaient dans des robes transparentes de couleur jaune ou noir, en poussant des cris d’oiseau, en se tordant comme de vipères ; ou bien au son des flûtes, elles tournaient pour imiter la danse des étoiles, et leurs vêtements légers envoyaient dans les rues des bouffées de senteurs molles.

XV. Mâtho
Illustration in-texte qui représente Mâtho agonisant au pied de la terrasse de Khamon, où se trouvent Salammbô, Narr’Havas et Hamilcar.

Il arriva jusqu’au pied de la terrasse. Salammbô était penchée sur la balustrade ; ces effroyables prunelles la contemplaient, et la conscience lui surgit de tout ce qu’il avait souffert pour elle.

XV. Mâtho
Illustration placée en cul-de-lampe qui représente la mort de Salammbô.

Elle retomba, la tête en arrière, par-dessus le dossier du trône, – blême, raidie, les lèvres ouvertes, – et ses cheveux dénoués pendaient jusqu’à terre.
Ainsi mourut la fille d’Hamilcar pour avoir touché au manteau de la déesse. 

XV. Mâtho
Justification du tirage, qui représente le palais d’Hamilcar.

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
cfougere (12 juillet 2023). Suzanne-Raphaële Lagneau, 1928. Salammbô de Flaubert. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tvbk


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search