Esquisse d’une nouvelle Salammbô

Gabriel Ferrier, Salammbô, 1880

Dès la mort de Flaubert, qui refusait toute illustration, de nombreux peintres se sont inspirés de Salammbô, et tout particulièrement du motif de la femme nue avec un serpent. L’époque fin-de-siècle aime les odalisques, les courtisanes et les belles orientales. Dans les années 1882 et 1898, Carl Strathmann, Richard Putz, Franz von Stuck, parmi les plus connus, se font remarquer par des toiles intitulées Salammbô car le roman carthaginois est toujours à la mode. Ils choisissent de la peindre couchée avec le reptile. Parmi les illustrateurs, plus fidèles au texte flaubertien, un seul représente Salammbô allongée, tenant dans sa main un serpent qui lui enlace la taille et la cuisse : Victor-Armand Poirson, dans l’édition publiée en 1887, chez Quantin.

Mais Gabriel Ferrier (1847-1914) peintre orientaliste, les avait précédés et il fut l’un des premiers, en 1880, à montrer une toile représentant Salammbô, allongée et enlacée par un serpent, conservé dans une collection privée non localisée. […]

Voir l’article “Esquisse d’une nouvelle Salammbô“, article publié par Geneviève Mondon sur le site Flaubert 2021-2031.



Citer ce billet
G - LISAA (2022, 9 mars). Esquisse d’une nouvelle Salammbô. Salammbô de Flaubert. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tvae

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search