Georges-Antoine Rochegrosse, 1900

Plus d’une fois le désir d’être en harmonie avec le livre m’a forcé à faire éclater l’étroite archéologie car malgré tout hélas l’art plastique a contre lui sa précision même – et Flaubert décrivant avec ses mots superbes éveille une idée beaucoup en dessus de la chose même – quoique aucune inexactitude ne se trouve à proprement parler en les mots… mais pour rendre la sensation le peintre doit, lui, devenir inexact au sens strict du mot.

Manuscrit autographe incomplet de Georges-Antoine Rochegrosse très probablement adressé à Léon Hennique, préfacier de l’édition que André Ferroud lui commande et fait paraître en 1900.

Georges-Antoine Rochegrosse présente en 1894, à l’occasion de l’exposition annuelle de la Société des aquarellistes français, une suite de quatre toiles sur Salammbô. Un frontispice, Le Repas des mercenaires, Dans La Chambre de Salammbô et Le Serpent annoncent l’édition illustrée du roman que lui a commandée André Ferroud, et qui paraît en 1900.

Afin de réaliser ce que Camille Mauclair désigne comme “un rêve d’enfance”, Georges-Antoine Rochegrosse effectue, sur les les pas de Flaubert, le premier de ses deux voyages en Orient en 1894. A partir du relevé de l’horizon de Tunis et du lieu présumé du Défilé de la Hache, de l’observation des lumières, des couleurs et de la population dont il présume qu’ils sont restés largement inchangés depuis le temp d’Hamilcar, il peint cinquante-deux aquarelles. Chacun des deux volumes qui composent l’édition parue chez Ferroud comporte un frontispice, une vignette de titre, et trois illustrations par chapitre (à l’exception du chapitre XIII. Moloch).

Le rêve d’illustrer Flaubert était pour M. Rochegrosse un rêve d’enfance. On a rappelé qu’à sept ans il avait ébauché une vision de Carthage que Théodore de Banville montrait avec joie à ses amis. Il avait vu Flaubert lui-même et le dessin de commenter un jour son œuvre géniale était la secrète préoccupation de son esprit chercheur et amoureux du grandiose.

MAUCLAIR, Camille. “Georges Rochegrosse, peintre illustrateur” in Les Maîtres illustrateurs. Paris : Charles Meunier, 1901. p. 8.

Ces gravures en noir et blanc sont exécutées par Eugène-André Champollion, qui s’efforce de reproduire les toiles dispersées en 1900 pour plus de trente mille francs, un résultat qui témoigne du succès qu’elles rencontrent alors parmi le public. Parmi elles, nous en citerons deux en particulier : l’illustration en pleine-page du chapitre V. Tanit, et celle située en cul-de-lampe du chapitre XV. Mâtho. Si Georges-Antoine Rochegrosse demeure généralement doublement fidèle, au texte et à l’archéologie, il va contre le roman de Flaubert en coiffant Salammbô à la manière de la Dame d’Elché à la fin du second volume. Quand le texte est silencieux sur les motifs qui ornent le zaïmph, de nouveau par égard pour l’histoire et l’archéologie, il propose une interprétation de ce voile fictif qui met en scène les principaux éléments de la mythologie punique, avant de la faire broder par Marie Rochegrosse, et de l’intégrer à ses aquarelles.

Ainsi, l’édition illustrée par Georges-Antoine Rochegrosse, qui se distingue des deux déjà parues par le nombre des compositions qui décorent le texte, présente déjà la tension entre le texte, l’archéologie et l’image, qui ne cessera de poser problème aux artistes qui se voient commander des illustrations de Salammbô.

Premier volume de l’édition illustrée

Frontispice du premier volume de l’édition illustrée par G.-A. Rochegrosse, qui représente Salammbô assoupie sur la terrasse de son palais, ainsi que Tanit vêtue du zaïmph tel que G.-A. Rochegrosse l’imaginent puis le reconstituent.
Vignette du premier volume de l’édition illustrée par G.-A. Rochegrosse, qui représente Salammbô sortant du palais de son père pour se présenter devant les mercenaires au chapitre I. Le festin.

Le palais s’éclaira d’un seul coup à sa plus haute terrasse, la porte du milieu s’ouvrit, et une femme, la fille d’Hamilcar elle-même, couverte de vêtements noirs, apparut sur le seuil.

I. Le festin

I. Le festin

Illustration en pleine-page qui représente Salammbô versant une coupe de vin à Mâtho, après qu’elle s’est présentée devant les mercenaires.

Mâtho le Libyen se penchait vers elle. Involontairement elle s’en approcha, et, poussée par la reconnaissance de son orgueil, elle lui versa dans une coupe d’or un long jet de vin, pour se réconcilier avec l’armée.

“Bois !” dit-elle.

I. Le festin
En-tête du chapitre I. Le festin qui représente Giscon se présentant devant les mercenaires.

Giscon, bientôt, apparut au fond du jardin dans une escorte de la Légion sacrée. Son ample manteau noir, retenu sur sa tête à une mitre d’or constellée de pierres précieuses, et qui pendait tout à l’entour jusqu’aux sabots de son cheval, se confondait, de loin, avec la couleur de la nuit.

I. Le festin
Illustration située en cul-de-lampe, qui représente Mâtho et Spendius observant le char de Salammbô qui s’éloigne depuis la terrasse du palais d’Hamilcar.

L’immobilité de Mâtho étonnait Spendius ; il était encore plus pâle que tout à l’heure, et les prunelles fixes, il suivait quelque chose à l’horizon, appuyé des deux poings sur le bord de la terrasse. Spendius, en se courbant, finit par découvrir ce qu’il contemplait. Un point d’or tournait au loin dans la poussière sur la route d’Utique ; c’était le moyeu d’un char attelé de deux mulets ; un esclave courait à la tête du timon, en les tenant par les brides. Il y avait dans le char deux femmes assises. Les crinières des bêtes bouffaient entre leurs oreilles à la mode persique, sous un réseau de perles bleues. Spendius les reconnut ; il retint un cri.

Un grand voile, par-derrière, flottait au vent.

I. Le festin

II. A Sicca

Illustration en pleine-page qui représente l’arrivée d’une ambassade de Carthage, emmenée par le suffète Hannon, transporté dans une somptueuse litière, au camp des mercenaires.

C’était une grande litière de poudre, ornée aux angles par des bouquets de plumes d’autruche. Des chaînes de cristal, avec des guirlandes de perles, battaient sur sa tenture fermée. […] Enfin les enseignes de la République parurent, c’est-à-dire des bâtons de bois bleu, terminés par des têtes de cheval ou des pommes de pin.

II. A Sicaa
En-tête du chapitre II. A Sicca, qui représente les mercenaires devant la file de lions crucifiés par les paysans de Carthage qui borde le chemin qu’ils empruntent.

Cent pas plus loin ils en virent deux autres, puis, tout à coup, parut une longue file de croix supportant des lions. Les uns étaient morts depuis si longtemps qu’il ne restait plus contre le bois que les débris de leurs squelettes ; d’autres à moitié rongés tordaient la gueule en faisant une horrible grimace ; il y en avait d’énormes ; l’arbre de la croix pliait sous eux ; et ils se balançaient au vent, tandis que sur leur tête des bandes de corbeaux tournoyaient dans l’air, sans jamais s’arrêter. 

II. A Sicca
Illustration située en cul-de-lampe qui représente la fuite du suffète et de sa garde après que les mercenaires se sont retournés contre l’ambassade de Carthage.

Alors tout fut renversé, bouleversé : les mulets, les valets, la litière, les provisions, les bagages. Les soldats prirent la monnaie dans les sacs pour lapider Hannon. A grand-peine il put monter sur un âne ; il s’enfuyait en se cramponnant aux poils, hurlant, pleurant, secoué, meurtri, et appelant sur l’armée la malédiction de tous les Dieux.

II. A Sicca

III. Salammbô

Illustration en pleine-page qui représente Salammbô, que Taanach accompagne avec une harpe triangulaire, adressant des prières à Tanit.

Elle leva ses bras le plus haut possible, en se cambrant la taille, pâle et légère comme la lune avec son long vêtement.

III. Salammbô
En-tête du chapitre III. Salammbô qui représente Salammbô, accompagnée de Taanach, montant sur la terrasse du palais de son père pour y prier Tanit.

Salammbô monta sur la terrasse de son palais, soutenue par une esclave qui portait dans un plat de faire des charbons enflammés.

III. Salammbô
Illustration située en cul-de-lampe qui représente Salammbô se repentant face aux reproches que lui adresse Schahabarim.

Elle tomba sur les genoux, mettant ses deux doigts contre ses oreilles en signe de repentir ; et elle sanglotait, écrasée par la parole du prêtre, pleine à la fois de colère contre lui, de terreur et d’humiliation. Schahabarim, debout, restait plus insensible que les pierres de la terrasse. 

III. Salammbô

IV. Sous les murs de Carthage

Illustration en pleine-page qui représente les mercenaires se révoltant contre Giscon, qui leur distribue leur solde grâce aux fonds conservées dans une immense caisse de bois.

Personne maintenant ne quittait ses armes, et toutes les colères se réunissaient contre Giscon dans une haine tumultueuse.

Quelques uns montaient à ses côtés. Tant qu’ils vociféraient des injures on les écoutait avec patience ; mais s’ils tentaient pour lui le moindre mot, ils étaient immédiatement lapidés, ou par-derrière d’un coup de sabre on leur abattait la tête. 

III. Salammbô
En-tête du chapitre IV. Sous les murs de Carthage qui représente les mercenaires observant la ville qui se déploie à l’abri de ses fortifications.

Les yeux de Mâtho à chaque instant s’y portaient. Il montait dans les oliviers, la main étendue au bord des sourcils. Les jardins étaient vides, et la porte rouge à croix noire restait constamment fermée.

IV. Sous les murs de Carthage
Illustration située en cul-de-lampe qui représente Mâtho et Spendius s’infiltrant dans Carthage.

Ils rampaient le long des clôtures de nopals qui bordaient les sentiers. L’eau coulait de leurs membres sur la poussière.

IV. Sous les murs de Carthage

V. Tanit

Illustration en pleine-page qui représente Mâtho et Spendius arrivant dans la salle du temple de Tanit où est conservé le zaïmph.

Alors ils pénétrèrent dans une petite salle toute ronde, et si élevée qu’elle ressemblait à l’intérieur d’une colonne. Il y avait au milieu une grosse pierre noire à demi sphérique, comme un tambourin ; des flammes brûlaient dessus ; un cône d’ébène se dressait derrière, portant une tête et deux bras. Mais au-delà on aurait dit un nuage où étincelaient des étoiles ; des figures apparaissaient dans les profondeurs de ses plis : Eschmoûn avec les Kabires, quelques-uns des monstres déjà vus, les bêtes sacrées des Babyloniens, puis d’autres, qu’ils ne connaissaient pas.

V. Tanit
En-tête du chapitre V. Tanit qui représente Mâtho et Spendius tombant nez-à-nez avec des prêtresses de Tanit dormant dans une cour du sanctuaire.

Ils revinrent sur leurs pas entre deux longues galeries qui s’avançaient parallèlement. De petites cellules s’ouvraient au bord. Des tambourins et des cymbales étaient accrochées du haut en bas de leurs colonnes de cèdre. Des femmes dormaient en dehors des cellules, étendues sur des nattes. Leurs corps, tout gras d’onguents, exhalaient une odeur d’épices et de cassolettes éteintes ; elles étaient si couvertes de tatouages, de colliers, d’anneaux, de vermillon et d’antimoine, qu’on les eût prises, sans le mouvement de leur poitrine, pour des idoles ainsi couchées par terre.

V. Tanit
Illustration située en cul-de-lampe qui représente Mâtho présentant le zaïmph à Salammbô, après qu’il s’est introduit dans le palais d’Hamilcar.

Elle s’avançait toujours, vêtue de sa simarre blanche qui traînait, avec ses grands yeux attachés sur le voile. Mathô la contemplait, ébloui par les splendeurs de sa tête, et tendant vers elle le zaïmph, il allait l’envelopper dans une étreinte. Elle écartait les bras. Tout à coup elle s’arrêta, et ils restèrent béants à se regarder. 

V. Tanit

VI. Hannon

Illustration en pleine-page qui représente Hannon au milieu des soldats puniques, à pied ou montés sur des éléphants, qu’il commande.
En-tête du chapitre VI. Hannon, qui représente Narr’Havas faisant irruption dans la tente de Mâtho.

Mais Spendius, qui tendait l’oreille, arracha brusquement le zaïmph et le jeta dans un coin, en accumulant par- dessus des toisons. On entendit un murmure de voix, des torches brillèrent, et Narr’Havas entra, suivi d’une vingtaine d’hommes environ.

VI. Hannon
Illustration située en cul-de-lampe qui représente Hannon quittant l’étuve d’Utique après avoir fait exécuter les trois captifs qui lui ont été présentés.

L’Ethiopien tira de sa ceinture un long poignard, et les trois têtes tombèrent. Une d’elles, en rebondissant parmi les épluchures du festin, alla sauter dans la vasque, et y flotta quelque temps, la bouche ouverte et les yeux fixes.

VI. Hannon

VII. Hamilcar Barca

Illustration en pleine-page qui représente Hamilcar s’exprimant, dans le temple de Moloch, au pied de l’idole colossale du dieu, devant les Anciens.

Hamilcar, emporté par un esprit, continuait, debout sur la plus haute marche de l’autel, frémissant, terrible ; il levait les bras, et les rayons du candélabre qui brûlait derrière lui passaient entre ses doigts comme des javelots d’or. 

VII. Hamilcar Barca
Illustration en pleine-page qui représente le retour d’Hamilcar à son palais, et sa réception par sa fille, escortée par sa suite.

Enfin elle arriva près d’Hamilcar, et, sans le regarder, sans lever la tête, elle lui dit :
“Salut, Œil de Baalim, gloire éternelle ! Triomphe ! Loisir ! Satisfaction ! Richesse ! Voilà longtemps que mon cœur était triste, et la maison languissait. Mais le maître qui revient est comme Tammouz ressuscité ; et sous ton regard, ô père, une joie, une existence nouvelle va partout s’épanouir !”

VII. Hamilcar Barca
En-tête du chapitre VII. Hamilcar Barca qui représente l’arrivée de la galère d’Hamilcar à Carthage, attendue par la foule qui se masse sur les terrasses des bâtiments du quartier des ports.

Elle s’avançait d’une façon orgueilleuse et farouche, l’antenne toute droite, la voile bombée dans la longueur du mât, en fendant l’écume autour d’elle ; ses gigantesques avirons battaient l’eau en cadence ; de temps à autre l’extrémité de sa quille, faite comme un soc de charrue, apparaissait, et sous l’éperon qui terminait sa proue, le cheval à tête d’ivoire, en dressant ses deux pieds, semblait courir sur les plaines de la mer. 

VII. Hamilcar Barca
Illustration située en cul-de-lampe qui représente Hamilcar dans une des salles du trésor de son palais, laissée intacte par les mercenaires.

Hamilcar, debout, souriait, les bras croisés ; – et il se délectait moins dans le spectacle que dans la conscience de ses richesses. Elles étaient inaccessibles, inépuisables, infinies.

VII. Hamilcar Barca

Second volume de l’édition illustrée

Frontispice du premier volume de l’édition illustrée par G.-A. Rochegrosse, qui représente Mâtho sur un champ de bataille jonché des corps de blessés et de morts.
Vignette du second volume de l’édition illustrée par G.-A. Rochegrosse, qui représente Schahabarim offrant au soleil le cœur de Mâtho, après qu’il a été arraché de la poitrine de son cadavre par un prêtre de Moloch.

VIII. La bataille du Macar

Illustration en pleine-page qui représente la charge des éléphants puniques menée contre les mercenaires.

Mais un cri – un cri épouvantable – éclata, un rugissement de douleur et de colère : c’étaient les soixante-douze éléphants qui se précipitaient sur une double ligne, Hamilcar ayant attendu que les Mercenaires fussent tassés en une seule place pour les lâcher contre eux ; les Indiens les avaient si vigoureusement piqués que du sang coulait sur leurs oreilles.

VIII. La bataille du Macar
En-tête du chapitre VIII. La bataille du Macar, qui représente Hamilcar supervisionnant l’entraînement des troupes puniques.

Les troupes en armes, du matin au soir, défilaient dans les rues ; à chaque moment on entendait sonner les trompettes ; sur des chariots passaient des boucliers, des tentes, des piques : les cours étaient pleines de femmes qui déchiraient de la toile ; l’ardeur de l’un à l’autre se communiquait : l’âme d’Hamilcar emplissait la République. 

VIII. La bataille du Macar
Illustration située en cul-de-lampe qui représente Mâtho rendant visite à Spendius, l’air défait après la défaite de l’armée des mercenaires.

Mâtho trouva Spendius abrité sous un lambeau de toile que supportaient deux bâtons par terre, le genou dans les mains, la tête basse.

VIII. La bataille du Macar

IX. En campagne

Illustration en pleine-page qui représente le face-à-face entre les soldats puniques, retranchés dans leur camp, et les trois cents prisonniers carthaginois faits par les mercenaires.

Il y en avait un, tout immobile, le front baissé, qui ne parlait pas ; sa grande barbe blanche tombait jusqu’à ses mains couvertes de chaînes ; et les Carthaginois, en sentant au fond de leur cœur comme l’écroulement de la République, reconnaissaient Giscon.

VIII. La bataille du Macar
En-tête du chapitre qui représente les cadavres des prisonniers envoyés par Hamilcar à Carthage, exécutés par la foule sur l’ordre des Anciens.

Les deux mille Barbares furent attachés dans les Mappales, contre les stèles des tombeaux ; et des marchands, des goujats de cuisine, des brodeurs et même des femmes, les veuves des morts avec leurs enfants, tous ceux qui voulaient, vinrent les tuer à coups de flèche. […] La sanction des Dieux n’y manqua pas ; car de tous les côtés du ciel des corbeaux s’abattirent.

IX. En campagne

Tous les jours des hommes que l’on ne connaissait pas envahissaient les jardins de Mégara ; les esclaves, tremblant pour eux-mêmes, n’osaient pas leur résister. Cependant ils ne dépassaient point l’escalier des galères. Ils restaient en bas, les yeux levés sur la dernière terrasse ; ils attendaient Salammbô, et, durant des heures, ils criaient contre elle, comme des chiens qui hurlent après la lune.

IX. En campagne

X. Le serpent

Illustration en pleine-page qui illustre la danse de Salammbô et de son python sacré.

Salammbô enroula autour de ses flancs, sous ses bras, entre ses genoux ; puis le prenant à la mâchoire, elle approcha cette petite gueule triangulaire jusqu’au bord de ses dents ; et, en fermant à demi les yeux, elle se renversait sous les rayons de la lune.

X. Le serpent
En-tête du chapitre X. Le serpent qui représente Salammbô nourrissant les colombes de Carthage avant qu’elles ne migrent en Sicile.

Au coucher du soleil, Taanach retirait les losanges de feutre noir bouchant les ouvertures de la muraille ; alors ses colombes, frottées de musc comme les colombes de Tanit, tout à coup entraient, et leurs pattes roses glissaient sur les dalles de verre parmi les grains d’orge qu’elle leur jetait à pleines poignées, comme un semeur dans un champ.

X. Le serpent
Illustration située en cul-de-lampe qui représente Taanach se lamentant.

L’idée lui vint que l’on pouvait les entendre ; alors elle se tut. Elle sanglotait tout bas, la tête dans ses mains et la figure sur les dalles.

X. Le serpent

XI. Sous la tente

Illustration en pleine-page qui représente Mâtho suppliant Salammbô, qui a pénétré dans sa tente pour y reprendre le zaïmph.

Il était à genoux, par terre, devant elle ; et il lui entourait la taille de ses deux bras, la tête en arrière, les mains errantes ; les disques d’or suspendus à ses oreilles luisaient sur son cou bronzé ; de grosses larmes roulaient dans ses yeux pareils à des globes d’argent ; il soupirait d’une façon caressante, et murmurait de vagues paroles, plus légères qu’une brise et suaves comme un baiser.

XI. Sous la tente
En-tête du chapitre XI. Sous la tente qui représente Salammbô, accompagnée d’un esclave, se rendant au camp des mercenaires, sur ordre de Schahabarim.

Par excès de précaution, maintenant, il allait à pied, près d’elle entre les chevaux ; et il mes fouettait avec le bout d’un lacet de cuir enroulé à son bras, ou bien il tirait d’une panetière suspendue contre sa poitrine des boulettes de froment, de dattes et de jaunes d’œufs, enveloppées dans des feuilles de lotus, et il les offrait à Salammbô, sans parler, tout en courant.

XI. Sous la tente
Illustration située en cul-de-lampe qui représente Salammbô présentant triomphalement le zaïmph à son père et à l’ensemble du camp punique.

Et Narr’Havas se précipitait, quand Salammbô parut.
Elle sauta vite à bas de son cheval, ouvrit son large manteau, et, en écartant les bras, elle déploya le zaïmph.
La tente de cuir, relevée dans les coins, laissait voir le tour entier de la montagne couverte de soldats, et comme elle se trouvait au centre, de tous les côtés on apercevait Salammbô.

XI. Sous la tente

XII. L’aqueduc

Illustration en pleine-page qui représente la horde des Barbares à la poursuite des troupes puniques, qui cherchent à rallier Carthage avant qu’elle ne les rattrape.

Enfin, ils avaient repris confiance, peu à peu s’étaient avancés, rapprochés, et maintenant, les hommes des régions orientales se tenaient dans les dunes de Clypea, de l’autre côté du golfe. Dès qu’ils aperçurent les Barbares, ils se montrèrent.

XII. L’aqueduc
En-tête du chapitre XII. L’aqueduc qui représente le champ de bataille jonché de blessés et de cadavres après la défaite des mercenaires.

Quand la nuit fut descendue, des chiens à poils jaunes, de ces bêtes immondes qui suivaient les armées, arrivèrent tout doucement au milieu des Barbares. D’abord ils léchèrent les caillots de sang sur les moignons encore tièdes ; et bientôt ils se mirent à dévorer les cadavres, en les entamant par le ventre.

XII. L’aqueduc
Illustration située en cul-de-lampe qui représente Spendius se réjouissant du succès de son entreprise de sabotage de l’aqueduc de Carthage.

On aperçut au sommet de l’aqueduc un homme avec une tunique brune, déchirée. Il se tenait penché tout au bord, les deux mains sur les hanches, et il regardait en bas, sous lui, comme étonné de son œuvre.
Puis il se redressa. Il parcourut l’horizon d’un air superbe qui semblait dire :
« Tout cela maintenant est à moi ! » 

XII. L’aqueduc

XIII. Moloch

Illustration en pleine-page qui représente l’un des assauts des mercenaires contre les murs de Carthage.

Les échelles se trouvant insuffisantes, on employa les tollénones, – instruments composés d’une longue poutre établie transversalement sur une autre, et portant à son extrémité une corbeille quadrangulaire où trente fantassins pouvaient se tenir avec leurs armes. 

XIII. Moloch
Illustration en pleine-page qui représente le sacrifice offert par les Carthaginois à Moloch.

Hamilcar, en manteau rouge comme les prêtres de Moloch, se tenait auprès du Baal, debout devant l’orteil de son pied droit. […] Les victimes à peine au bord de l’ouverture disparaissaient comme une goutte d’eau sur une plaque rougie ; et une fumée blanche montait dans la grande couleur écarlate.

XIII. Moloch
En-tête du chapitre XIII. qui représente l’installation par les mercenaires de leurs machines de siège.

Leur construction exigeaient de savants calculs ; leur bois devaient être choisis dans les essences les plus dures, leurs engrenages tous d’airain ; elles se bandaient avec des leviers, des moufles, des cabestans ou des tympans ; de forts pivots variaient la direction de leur tir, des cylindres les faisaient s’avancer, et les plus considérables, que l’on apportait pièce à pièce, étaient remontées en face de l’ennemi.

XIII. Moloch
Illustration située en cul-de-lampe qui représente les mercenaires observant les sacrifices d’enfants offerts par les Carthaginois à Moloch.

Ce grand bruit et cette grande lumière avaient attiré les Barbares au pied des murs ; se cramponnant pour mieux voir sur les débris de l’hélépole, ils regardaient béants d’horreur.

XIII. Moloch

XIV. Le Défilé de la Hache

Spendius, entouré de Grecs, se cachait dans une des crevasses ; comme il avait peur, il fit répandre le bruit de sa mort.

XIV. Le Défilé de la Hache
Illustration en pleine-page qui représente Narr’Havas annonçant à Salammbô la victoire des armées puniques dans les jardins du palais d’Hamilcar.

Elle le reçut dans ses jardins, sous un large sycomore, entre des oreillers de cuir jaune, avec Taanach auprès d’elle. Son visage était couvert d’une écharpe blanche, qui, lui passant sur la bouche et sur le front, ne laissait voir que les yeux ; mais ses lèvres brillaient dans la transparence du tissu comme les pierreries de ses doigts, – car Salammbô tenait ses deux mains enveloppées, et, tout le temps qu’ils parlèrent, elle ne fit pas un geste. […] Il avait une robe de lin, où des fleurs étaient peintes, avec des franges d’or par le bas ; deux flèches d’argent retenaient ses cheveux tressés au bord de ses oreilles ; il s’appuyait de la main droite contre le bois d’une pique, orné par des cercles d’électrum et des touffes de poils.

XIV. Le Défilé de la Hache
En-tête du chapitre XIV. Le Défilé de la Hache qui représente les Carthaginois profitant de la pluie alors que l’aqueduc qui alimente la ville a été saboté par Spendius.

On avait exposé des amphores, des buires, des toiles ; mais les torches s’éteignaient ; on prit des brandons au bûcher du Baal, et les Carthaginois, pour boire, se tenaient le cou renversé, la bouche ouverte. 

XIV. Le Défilé de la Hache
Illustration située en cul-de-lampe qui représente un lion s’apprêtant à fondre sur un mercenaire.

Dans un de ces amas qui bosselaient irrégulièrement la plaine, quelque chose de plus vague qu’un spectre se leva. Alors un des lions se mit à marcher, découpant avec sa forme monstrueuse une ombre noire sur le fond du ciel pourpre ; – quand il fut tout près de l’homme, il le renversa, d’un seul coup de patte.

XIV. Le Défilé de la Hache

XV. Mâtho

Illustration en pleine-page qui représente la foule lynchant Mâtho, alors qu’il parcourt le chemin qui sépare sa geôle, creusée dans le rocher de l’Acropole, du temple de Khamon, où Salammbô, Narr’Havas et Hamilcar sont installés.

Un enfant lui déchira l’oreille ; une jeune fille, dissimulant sous sa manche la point d’un fuseau, lui fendit la joue ; on lui enlevait des poignées de cheveux, des lambeaux de chair ; d’autres avec des bâtons où tenaient des éponges imbibées d’immondices, lui tamponnaient le visage. […] La rage du peuple se développait en s’assouvissant ; les chaînes trop tendues se courbaient, allaient se rompre ; il se sentaient pas les coups des esclaves frappant sur eux pour les refouler ; d’autres se cramponnaient aux saillies des maisons ; toutes les ouvertures dans les murailles étaient bouchées par des têtes ; et le mal qu’ils ne pouvaient lui faire, ils le hurlaient.

XV. Mâtho
En-tête du chapitre XV. Mâtho qui représente les préparatifs du mariage de Salammbô et de Narr’Havas dans Carthage en liesse après la victoire définitive contre les mercenaires.

Carthage était en joie, – une joie profonde, universelle, démesurée, frénétique ; on avait bouché les trous des ruines, repeint les statues des Dieux, des branches de myrte parsemaient les rues, au coin des carrefours, l’encens fumait, et la multitude sur les terrasses faisait avec ses vêtements bigarrés comme des tas de fleurs qui s’épanouissaient dans l’air.

XV. Mâtho
Illustration située en cul-de-lampe qui représente la mort de Salammbô.

Salammbô se leva comme son époux, avec une coupe à la main, afin de boire aussi. Elle retomba, la tête en arrière, par-dessus le dossier du trône, – blême, raidie, les lèvres ouvertes, – et ses cheveux dénoués pendaient jusqu’à terre. Ainsi mourut la fille d’Hamilcar pour avoir touché au manteau de Tanit.

XV. Mâtho

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
cfougere (3 juillet 2023). Georges-Antoine Rochegrosse, 1900. Salammbô de Flaubert. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tvbj


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search