William Walcot, 1926

William Walcot, graveur et architecte, réalise plus de vingt illustrations de Salammbô pour l’édition que lui commande Devambez. Parue en 1926, illustrée par des gravures monochromes, elle se distingue par le trait de l’artiste, mais aussi par le caractère monumental des éléments qui les composent. Traduisant l’image qu’évoque le texte de Flaubert chez le lecteur, il imagine Carthage, le palais d’Hamilcar, et même l’hélépole de Démétrios Poliorcète que Spendius fait reconstruire au chapitre XIII. Moloch, comme des constructions démesurées.

Frontispice de l’édition illustrée par W. Walcot en 1926.

Le frontispice que dessine William Walcot pour illustrer l’édition qui paraît en 1926 chez Devambez est particulièrement intéressant en sa qualité d’image composite. Plusieurs éléments sont aisément reconnaissables, et pourtant, leur assemblage est inédit, et témoigne dans une certaine mesure des différents défis que doivent relever les artistes qui s’attellent à l’illustration d’ouvrages littéraires, et de Salammbô en particulier. On identifie facilement, en effet :

  • La Louve du Capitole, sculpture associée au mythe de la fondation de Rome, que l’on distingue de toute autre sculpture semblable par le fait que l’animal a la tête tournée vers l’avant, et non pas vers Rémus et Romulus qu’elle allaite. Il faut sans doute prêter attention à la modification de sa composition introduite par W. Walcot, qui substitue deux combattants en armes aux deux jumeaux légendaires.
  • La coque d’une galère antique, barrée par une seule personne représentée à sa proue, sur laquelle sont inscrits les mots “DELENDA EST KARTHAG”, que l’on rapproche de la célèbre locution de Caton l’Ancien : Delenda Carthago est. La citation de cette exclamation de Caton est anachronique de la part de l’artiste. Caton s’exprime en effet avant que ne soit déclenchée la troisième guerre punique, tandis que la guerre des mercenaires, que Flaubert met en scène dans Salammbô, suit immédiatement la première guerre punique.
  • Un élément architectural à colonnade, décastyle, qui s’apparente à la façade d’un temple grec ou romain.
  • Deux têtes d’animaux, qui flanquent l’élément architecural central. Celle de gauche est probablement celle d’un cheval, animal qui sert d’emblème à Carthage et qui est frappé sur sa monnaie, tandis que celle de droite est celle d’un lion.

I. Le festin

En-tête du chapitre I. Le festin, qui représente le banquet donné pour les mercenaires dans les jardins du palais d’Hamilcar.

Les capitaines, portant des cothurnes de bronze, s’étaient placés dans le chemin du milieu, sous un voile de pourpre à franges d’or, qui s’étendait depuis le mur des écuries jusqu’à la première terrasse du palais. […] Le palais, bâti en marbre numidique tacheté de jaune, superposait tout au fond, sur de larges assises, ses quatre étages en terrasses. Avec son grand escalier droit en bois d’ébène, portant aux angles de chaque marche la proue d’une galère vaincue, avec ses portes rouges écartelées d’une croix noire, ses grillages d’airain qui le défendaient en bas des scorpions, et ses treillis de baguettes dorées qui bouchaient en haut ses ouvertures, il semblait aux soldats, dans son opulence farouche, aussi solennel et impénétrable que le visage d’Hamilcar.

I. Le festin
Illustration en pleine-page qui représente Salammbô descendant l’escalier des galères, principal escalier du palais de son père, suivie des eunuques de Tanit.

Immobile et la tête basse, elle regardait les soldats. Derrière elle, de chaque côté, se tenaient deux longues théories d’hommes pâles, vêtus de robes blanches à franges rouges qui tombaient droit sur leurs pieds.

I. Le festin

II. A Sicca

Les terrasses, les fortifications, les murs disparaissaient sous la foule des Carthaginois, habillée de vêtements noirs. Les tuniques des matelots faisaient comme des tâches de sang parmi cette sombre multitude, et des enfants presque nus, dont la peau brillait sous leurs bracelets de cuivre, gesticulaient dans le feuillage des colonnes ou entre les branches d’un palmier. Quelques-uns des Anciens s’étaient postés sur la plateforme des tours, et l’on ne savait pas pourquoi se tenait ainsi, de place en place, un personnage dans un attitude rêveuse. Il apparaissait de loin sur le fond du ciel, vague comme un fantôme, et immobile comme les pierres.

II. A Sicca

III. Salammbô

En-tête du chapitre III. Tanit, qui représente une image de nature composite.

Le centre de l’illustration est occupée par un bâtiment représenté de face, dont on peut supputer qu’il s’agit d’un temple. Le dessin d’un cartouche contenant le mot “TANIT”, soit le nom de la déesse carthaginoise de la lune, écrit en lettres capitales, semble corroborer cette interprétation. Apparaissent aussi, ce qui est plus difficile à comprendre, deux files de soldats à pied précédées chacune par un char, différentes espèces de plantes, dont des palmiers dattiers, emblèmes de la civilisation phénicienne en raison de la proximité du nom de l’essence en grec, φοῖνιξ (phoînix en prononciation érasmienne), avec le mot “phénicien”, mais aussi une frise à têtes de lions, qui peut renvoyer à l’aqueduc de Carthage, dont Flaubert dit que le dernier étage d’arcades est décoré de têtes de lions, ou aux styles assyrien et perse, qui l’inspirent fortement, mais inspirent aussi les artistes qui ont déjà exécuté des éditions illustrées du roman.

IV. Sous les murs de Carthage

En-tête du chapitre IV. Sous les murs de Carthage, qui représente la ville de Carthage se déployant à l’abri des remparts.

Cette première ligne de murailles abritait immédiatement Malqua, le quartier des gens de la marine et des teinturiers. On apercevait des mâts ou séchaient des voiles de pourpre, et sur les dernières terrasses des fourneaux d’argile pour cuire la saumure.
Par-derrière, la ville étageait en amphithéâtre ses hautes maisons de forme cubique. […] La colline de l’Acropole, au centre de Byrsa, disparaissait sous un désordre de monuments. C’étaient des temples à colonnes torses avec des chapiteaux de bronze et des chaînes de métal, des cônes en pierres sèches à bandes d’azur, des coupoles de cuivre, des architraves de marbre, des contreforts babyloniens, des obélisques posant sur leur pointe comme des flambeaux renversés.

IV. Sous les murs de Carthage

V. Tanit

Illustration en pleine-page qui représente Mâtho présentant le zaïmph, qu’il vient de voler dans le temple de Tanit, à Salammbô, qui dormait dans sa chambre dans le palais d’Hamilcar.

« J’ai été le chercher pour toi dans les profondeurs du sanctuaire ! Regarde ! » Le zaïmph étincelait tout couvert de rayons. […] Elle s’avançait toujours, vêtue de sa simarre blanche qui traînait, avec ses grands yeux attachés sur le voile. Mâtho la contemplait, ébloui par les splendeurs de sa tête, et tendant vers elle le zaïmph, il allait l’envelopper dans une étreinte. Elle écartait les bras. Tout à coup elle s’arrêta, et ils restèrent béants à se regarder.

V. Tanit

VI. Hannon

En-tête du chapitre VI. Hannon, qui représente le suffète de profil.

Les courtines de pourpre se relevèrent ; et l’on découvrit sur un large collier un tête humaine tout impassible et boursouflée ; les sourcils formaient comme deux arcs d’ébène se rejoignant par les pointes ; des paillettes d’or étincelaient dans les cheveux crépus, et la face était si blême qu’elle semblait saupoudrée avec de la râpure de marbre. Le reste du corps disparaissait sous les toisons qui emplissaient la litière.

II. A Sicca

VII. Hamilcar Barca

En-tête du chapitre VII. Hamilcar Barca, qui représente le suffète de profil.

Il portait autour des flancs des lames de fer qui reluisaient ; un manteau rouge s’attachant à ses épaules laissait voir ses bras ; deux perles très longues pendaient à ses oreilles, et il baissait sur sa poitrine sa barbe noire, touffue.

VII. Hamilcar Barca
Illustration en pleine-page qui représente l’arrivée de la galère d’Hamilcar au port de Carthage.

Enfin on reconnut la trirème d’Hamilcar.

Elle s’avançait d’une façon orgueilleuse et farouche, l’antenne toute droite, la voile bombée dans la longueur du mât, en fendant l’écume autour d’elle ; ses gigantesques avirons battaient l’eau en cadence ; de temps à autre l’extrémité de sa quille, faite comme un soc de charrue, apparaissait ; et sous l’éperon qui terminait sa proue, le cheval à tête d’ivoire, en dressant ses deux pieds, semblait courir sur les plaines de la mer.

VII. Hamilcar Barca

VIII. La bataille du Macar

En-tête du chapitre VIII. La bataille du Macar.

Les Barbares tâchaient de leur crever les yeux, de leur couper les jarrets ; d’autres, se glissant sous leur ventre, y enfonçaient un glaive jusqu’à la garde et périssaient écrasés ; les plus intrépides se cramponnaient à leurs courroies ; sous les flammes, sous les balles, sous les flèches, ils continuaient à scier les cuirs, et la tour d’osier s’écroulait comme une tour de pierre. Quatorze de ceux qui se trouvaient à l’extrémité droite, irrités de leurs blessures, se retournèrent sur le second rang ; les Indiens saisirent leur maillet et leur ciseau et l’appliquant au joint de la tête, à tour de bras, ils frappèrent un grand coup. Les bêtes énormes s’affaissèrent, tombèrent les unes par-dessus les autres.

VIII. La bataille du Macar

IX. En campagne

En-tête du chapitre IX. En campagne, qui représente Hamilcar distribuant des ordres aux troupes puniques dont il a le commandement.

Ils reconnaissaient au milieu des tentes Hamilcar qui se promenait en distribuant des ordres. Il avait le corps pris dans une cuirasse brune tailladée en petites écailles ; et, suivi de son cheval, de temps en temps il s’arrêtait pour désigner quelque chose de son bras droit étendu.

IX. En campagne

X. Le serpent

En-tête du chapitre X. Le serpent, qui représente Salammbô dansant avec son python.

Mais elle se rappela les ordres de Schahabarim, elle s’avança ; le python se rabattit et lui posant sur la nuque le milieu de son corps, il laissait pendre sa tête et sa queue, comme un collier rompu dont les deux bouts traînent jusqu’à terre. Salammbô entoura autour de ses flancs, sous ses bras, entre ses genoux ; puis le prenant à la mâchoire, elle approcha cette petite gueule triangulaire jusqu’au bord de ses dents, et, fermant à demi les yeux, elle se renversait sous les rayons de la lune.

X. Le serpent

XI. Sous la tente

En-tête du chapitre XI. Sous la tente, qui représente Salammbô se découvrant devant Mâtho.

En la prenant par les deux poignets, il l’attira doucement, et il s’assit alors sur une cuirasse, près du lit de palmier que couvrait une peau de lion. Elle était debout. Il la regardait de bas en haut, en la tenant ainsi entre ses jambes, et il répétait :
« Comme tu es belle ! comme tu es belle ! »

XI. Sous la tente

XII. L’aqueduc

En-tête du chapitre XII. L’aqueduc, qui représente le dromadaire chargé des trophées pris sur les mercenaires tués que dépêche Hamilcar à Carthage.

Le soir même, il envoya au Grand-Conseil un dromadaire chargé de bracelets cueillis sur les morts, et, avec des menaces horribles, il ordonnait qu’on lui expédiât une autre armée. 

XII. L’aqueduc

XIII. Moloch

En-tête du chapitre XIII. Moloch, qui représente le siège de Carthage, et probablement en particulier l’hélépole que Spendius a fait reconstruire.

Les machines furent dressées sur la terrasse, bien qu’elle n’atteignît pas encore la hauteur du rempart. Devant les vingt-trois tours des fortifications se dressaient vingt-trois autres tours de bois. Tous les tollénones étaient remontés ; et au milieu, plus en arrière, apparaissait la formidable hélépole de Démétrius Poliorcète, que Spendius, enfin, avait reconstruite. Pyramidale comme le phare d’Alexandrie, elle était haute de cent trente coudées et large de vingt-trois, avec neuf étages allant tous en diminuant vers le sommet et qui étaient défendus par des écailles d’airain, percés de portes nombreuses, remplis de soldats ; sur la plate-forme supérieure se dressait une catapulte flanquée de deux balistes.

XIII. Moloch

XIV. Le Défilé de la Hache

En-tête du chapitre XIV. Le Défilé de la Hache, qui représente la crucifixion par Hamilcar des ambassadeurs dépêchés auprès de lui par les mercenaires.

Mais Hamilcar voulut d’abord montrer aux Mercenaires qu’il les châtierait comme des esclaves. Il fit crucifier les dix ambassadeurs, les un après les autres, sur un monticule, en face de la ville.

XIV. Le Défilé de la Hache
Illustration en pleine-page qui représente l’entrée dans Carthage des renforts commandés par Narr’Havas.

Il s’y présenta comme un sauveur, avec six mille hommes, tous portant de la farine sous leurs manteaux, et quarante éléphants chargés de fourrages et de viandes sèches. On s’empressa vite autour d’eux ; on leur donna des noms.

XIV. Le Défilé de la Hache

XV. Mâtho

En-tête du chapitre XV. Mâtho, qui représente Mâtho.

De l’autre côté des tables se tenait un Libyen de taille colossale et à courts cheveux noirs frisés. 

I. Le festin
Illustration en pleine-page qui représente l’excision du cœur de Mâtho par un prêtre de Moloch, que Schahabarim offre ensuite au soleil.

Un homme s’élança sur le cadavre. Bien qu’il fût sans barbe, il avait à l’épaule le manteau des prêtres de Moloch, et à la ceinture une espèce de couteau leur servant à dépecer les viandes et que terminait, au bout du manche, une spatule d’or. D’un seul coup il fendit la poitrine de Mâtho, puis en arracha le cœur, le posa sur la cuiller, et Schahabarim, levant son bras, l’offrit au soleil.

XV. Mâtho

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
cfougere (13 juillet 2023). William Walcot, 1926. Salammbô de Flaubert. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tvbl


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search