Troisième scénario de la 3e partie

N.a.fr. 23662, f° 202 

Ce scénario met en avant la violence des deux grandes religions plus que les événements militaires eux-mêmes. Flaubert insiste sur l’évolution irrémédiable de Schahabarim qui abandonne Tanit pour Moloch et aboutit à un « matérialisme féroce ». Deux scènes se détachent : le sacrifice des enfants pendant le siège de Carthage et le sacrifice de Mâtho pendant les noces de Salammbô avec Narr’Havas. C’est au nom de Tanit la féconde, la déesse lunaire, que la foule donne la mort à Mâtho ! Mais c’est au soleil, symbole de Moloch et de la violence, que son cœur est offert. 

Dans la troisième partie du roman, les deux divinités suscitent l’hystérie collective et, dans une addition au bas du folio, Flaubert suggère que leur jalousie  réciproque serait à l’origine du déchaînement des violences dans les deux camps. Ainsi Flaubert renforce-t-il les liens avec la tradition d’Homère et de l’Iliade, selon laquelle les dieux luttent entre eux et interviennent dans les guerres des hommes.

Dans la scène finale, il précise déjà quelques détails pour donner le ton : l’enfant qui arrache une oreille de Mâtho, les femmes aux désirs obscènes, Salammbô, en idole inhumaine sur son trône, ses bras lourdement couverts de bracelets et posés sur la d’un « négrillon » esclave. Ce scénario fait concorder parfaitement la mort de Mâtho et celle de Salammbô, victime inconsciente de son amour et de la déesse Tanit. 

 



Citer ce billet
G-LISAA (2022, 10 octobre). Troisième scénario de la 3e partie. Salammbô de Flaubert. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tval

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search